Aller au contenu principal

« Un effort de 400 000 euros »

Lundi 19 septembre, le Bureau de la chambre d’Agriculture, réuni au Chesnay (Yvelines) sous la présidence de Christophe Hillairet, s’est consacré à l’effort d’accompagnement exceptionnel des agriculteurs en cette année de crise.

En quoi ce Bureau était-il inhabituel ?

Christophe Hillairet : L’ambition des élus membres du Bureau a été de proposer un plan d’action exceptionnel pour les exploitations agricoles franciliennes, fragilisées par une crise sans précédent. Le bilan est sans appel, notamment en grandes cultures, avec un excédent brut d’exploitation négatif et un revenu courant avant impôt moyen estimé à -30 000 euros. Sans oublier que les résultats des scopeurs s’érodent en tendance depuis quinze ans (voir le graphique) et que les quatre dernières années se sont avérées plus difficiles les unes que les autres, avec le coup de grâce en cette moisson 2016. La perte de chiffre d’affaire pour les exploitations de grandes cultures franciliennes s’élève à plus de deux cent cinquante millions d’euros !

Quelle a été la méthode de travail et quel est l’impact sur le budget de la chambre d’Agriculture ?

Le Bureau avait sollicité en amont les chefs de service pour élaborer des propositions d’actions sur de nouveaux services ouverts à tous les agriculteurs, mais aussi dans la réorientation du conseil pour aider à passer ce cap difficile. Les décisions votées par les élus et présentées dans le tableau ci-après, comprennent également des ristournes exceptionnelles sur les tarifs des prestations. Elles ont permis de dégager au global quatre cent mille euros du budget contraint de la chambre d’Agriculture. Ce choix est assumé pour agir à la hauteur des attentes et besoins des agriculteurs ouest-franciliens. Ceci n’est évidemment pas sans impact du fait notamment du prélèvement sur fonds de roulement subi en 2015 et l’équilibre financier de la structure se retrouve automatiquement en tension. Il nous était cependant inconcevable de ne pas mobiliser tous les leviers à disposition, et chaque ligne budgétaire a été passée au crible pour dégager les marges de manœuvre nécessaire à une réponse professionnelle à la hauteur des enjeux : permettre aux exploitants de passer ce cap difficile, entouré des compétences expertes des conseillers et chargés d’étude de la chambre d’Agriculture. La communication pour être au plus près des agriculteurs et les moments de convivialité n’ont, par ailleurs, pas été oubliés du plan d’action des membres du Bureau.

Propos recueillis par E. Simon / CAIF

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité