Aller au contenu principal

Un module apiculture en BPREA

Le CFPPA Bougainville (Seine-et-Marne) propose un module apiculture aux stagiaires de BPREA. A l’avenir, la création d’un pôle de compétence apicole est envisagé.

Brie-Comte-Robert, jeudi 6 juillet. Les stagiaires du BPREA passent à la pratique au sein du rucher école.

En cette première semaine de juillet, treize stagiaires en BPREA (brevet professionnel responsable d’exploitation agricole) maraichage bio suivent une Ucar (unité capitalisable) apiculture au CFPPA-Ufa* Bougainville de Brie-Comte-Robert.

Ils avaient le choix entre cette option, ou celles sur le cresson ou Pam (plantes aromatiques ou médicinales).

Après une partie théorique en classe, ils découvrent dans la miellerie les outils de bases et EPI (équipement de protection individuelle) utilisés en apiculture. Enfumoir, bac à désoperculer, cadre, extracteur radiaire… n’ont plus de secrets pour eux.

Dernier élément clé : le maturateur.

« Le miel est une solution sucrée qui a une masse volumique de 1,4 kg/litre et reste dans le maturateur trois semaines. S’il cristallise, la séparation ne se fait pas bien. En fonction du rapport glucose/fructose le miel va plus ou moins cristalliser. Le miel de printemps est généralement chargé en glucose et donc cristallise. Ce miel « dit à couteau » n’est pas pratique mais excellent en homéopathie. Que faire ? » , interroge le formateur Jean-Claude Laclergerie avant d’expliquer la solution : « il faut chauffer le miel sans dépasser les 40°C. Autre solution : on fait une pâte avec le miel cristallisé qu’on mélange à du miel liquide. On obtient ainsi du miel crémeux ». 

Pour ces stagiaires en maraîchage bio, le formateur met l’accent sur le cahier des charges du miel bio, en particulier sur les obligations au niveau des matériaux.

Puis place au rucher école. Une parcelle de fleurs mellifères sera semée à proximité des vingt-sept ruches les fleurs se faisant très rares à partir de mi-juillet dans la région.

Première étape, allumer un enfumoir. Rien de simple pour certains. Puis ce sera la récolte.

Sur le rucher école, 20 kg de miel ont été récoltés cette année. « L’apiculture est l’aristocratie de l’agriculture (selon une formule d’Edgard Pisani) »,  souligne le formateur qui les alerte sur la notion de prix. « Le miel doit rester accessible. »

L’option apiculture est proposée depuis trois ans au CFPPA-Ufa. « Le but est de développer une sorte de show-room sur l’exploitation, mais nous avons besoin d’être connus auprès des professionnels de la région. », note Jean-Claude Laclergerie.

À l’avenir, il rêve de développer un pôle de compétence apicole au sein de l’établissement, si possible en lien avec des structures existantes tels que l’Afapi (association de formation apicole).

* Centre de formation pour la promotion agricole – Unité de formation agricole

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité