Aller au contenu principal

Un site de l’AEV accueille des aubracs

Les aménagements du domaine des Îles à Seine-Port (Seine-et-Marne), réalisés pour allier accueil du public et écopâturage, ont été inaugurés jeudi 11 avril.

« Les aménagements réalisés et la mise en place de l’écopâturage sur le Domaine des Îles à Seine-Port sont la parfaite expression d’une politique régionale, associant accueil du public, préservation de la biodiversité et maintien d’une agriculture périurbaine en Île-de-France. C’est tout le sens de l’action de l’AEV menée avec la Région  : concilier ces trois enjeux, particulièrement forts et intimement liés en Île-de-France.  », a souligné la présidente de l’Agence des espaces verts (AEV) de la région Île-de-France Anne Cabrit, alors qu’elle inaugurait ce site jeudi 11 avril.

Des propos appuyés par le vice-président du conseil régional d’Île-de-France, Jean-Philippe Dugon-Clément  : «  L’action de l’Agence des espaces verts est fondamentale. Elle est le bras armé de la Région pour la mise en œuvre de notre politique régionale en faveur de la végétalisation de l’Île-de-France  ».

L’AEV a lancé d’importants travaux depuis 2016 sur le Domaine des Îles situé aux abords de la Seine  : mise en sécurité (démolition des bâtis dangereux, nettoyage), création de sentiers pour les promeneurs…

Et sur cinq hectares, des vaches de race aubrac, appartenant à Stéphanie Roche, éleveuse à Limoges-Fourches, mais dont une partie du cheptel est installé à Boissise-la-Bertrand, commune voisine, sont en pâture depuis novembre dernier.

Le but de l’AEV est de conserver le patrimoine arboré et de maintenir l’activité historique avec du pâturage sur ce site classé depuis 1989. Outre des clôtures, des passages canadiens ont été installés.

«  Ce site naturel, au sol sain, correspond parfaitement aux aubracs. Il leur rappelle leur milieu d’origine  », a expliqué Stéphanie Roche dont les quatre génisses présentes initialement ont été rejointes par cinq plus jeunes en mars et par une vache de 7 ans la veille de l’inauguration.

Habituée à communiquer sur son métier alors qu’elle vend mouton, volailles et viande bovine en direct, l’exploitante invite les promeneurs à venir la rencontrer lors de ses passages quotidiens.

Laurence Goudet-Dupuis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité