Aller au contenu principal

Un site de l’AEV accueille des aubracs

Les aménagements du domaine des Îles à Seine-Port (Seine-et-Marne), réalisés pour allier accueil du public et écopâturage, ont été inaugurés jeudi 11 avril.

« Les aménagements réalisés et la mise en place de l’écopâturage sur le Domaine des Îles à Seine-Port sont la parfaite expression d’une politique régionale, associant accueil du public, préservation de la biodiversité et maintien d’une agriculture périurbaine en Île-de-France. C’est tout le sens de l’action de l’AEV menée avec la Région  : concilier ces trois enjeux, particulièrement forts et intimement liés en Île-de-France.  », a souligné la présidente de l’Agence des espaces verts (AEV) de la région Île-de-France Anne Cabrit, alors qu’elle inaugurait ce site jeudi 11 avril.

Des propos appuyés par le vice-président du conseil régional d’Île-de-France, Jean-Philippe Dugon-Clément  : «  L’action de l’Agence des espaces verts est fondamentale. Elle est le bras armé de la Région pour la mise en œuvre de notre politique régionale en faveur de la végétalisation de l’Île-de-France  ».

L’AEV a lancé d’importants travaux depuis 2016 sur le Domaine des Îles situé aux abords de la Seine  : mise en sécurité (démolition des bâtis dangereux, nettoyage), création de sentiers pour les promeneurs…

Et sur cinq hectares, des vaches de race aubrac, appartenant à Stéphanie Roche, éleveuse à Limoges-Fourches, mais dont une partie du cheptel est installé à Boissise-la-Bertrand, commune voisine, sont en pâture depuis novembre dernier.

Le but de l’AEV est de conserver le patrimoine arboré et de maintenir l’activité historique avec du pâturage sur ce site classé depuis 1989. Outre des clôtures, des passages canadiens ont été installés.

«  Ce site naturel, au sol sain, correspond parfaitement aux aubracs. Il leur rappelle leur milieu d’origine  », a expliqué Stéphanie Roche dont les quatre génisses présentes initialement ont été rejointes par cinq plus jeunes en mars et par une vache de 7 ans la veille de l’inauguration.

Habituée à communiquer sur son métier alors qu’elle vend mouton, volailles et viande bovine en direct, l’exploitante invite les promeneurs à venir la rencontrer lors de ses passages quotidiens.

Laurence Goudet-Dupuis

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité