Aller au contenu principal

Syndicalisme
Une délégation FNSEA-JA 28 reçue par un directeur de GMS

Dans le cadre d'une opération nationale de mise sous surveillance des enseignes de la grande distribution, une délégation d'éleveurs de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir est allée à la rencontre du directeur d'une grande surface, le 25 février.

Le 25 février. Une délégation composée des éleveurs Jean-Luc Debray, Fabien Navet, Yohann Serreau et Antoine Sagette et de la responsable syndicale départementale, Auréline Dolléans (de g. à d.), a été reçue par le directeur d'une grande surface.
Le 25 février. Une délégation composée des éleveurs Jean-Luc Debray, Fabien Navet, Yohann Serreau et Antoine Sagette et de la responsable syndicale départementale, Auréline Dolléans (de g. à d.), a été reçue par le directeur d'une grande surface.
© H.C. - Horizons

Alors que les négociations commerciales entre les entreprises de l'agroalimentaire et la grande distribution battent leur plein, la FNSEA et Jeunes agriculteurs ont lancé une opération de surveillance des enseignes sur l'ensemble du territoire pour vérifier la mise en œuvre de la loi Egalim 2, censée permettre aux producteurs d'obtenir une juste rémunération de leurs produits en tenant compte de leurs coûts de production.

Deux heures de discussion

Aussi, le 25 février, une délégation d'éleveurs de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir, composée de Jean-Luc Debray, Antoine Sagette, Yohann Serreau et Fabien Navet — accompagnée de la responsable syndicale départementale, Auréline Dolléans —, est allée à la rencontre du directeur d'une grande surface de l'ouest du département*. La rencontre a duré près de deux heures, durant lesquelles un tour dans les rayons a pu être effectué.

« Mais cela n'a pas servi à grand-chose, estime un peu déçu à l'issue de la rencontre Jean-Luc Debray. Le directeur du magasin nous a expliqué que lorsqu'il achète des produits locaux, il n'y a pas de souci, il ne discute pas le prix et que pour le reste, tout est acheté par la centrale d'achat et qu'il n'a aucun regard là-dessus... C'est elle que nous aurions dû rencontrer selon lui. La discussion a un peu tourné en rond, il semblait tendu mais les échanges sont restés corrects ».

Stratégie nationale

« Pour lui, il n'a rien à se reprocher car il n'a pas de pouvoir, ajoute Yohann Serreau. Tout est dicté par la stratégie nationale de l'enseigne, à savoir être le moins cher du secteur sur tous les produits. Il a souligné par ailleurs qu'il y avait une différence entre la demande sociale et les actes d'achat. Il a constaté que le bio et le sans OGM dévissaient. Lui aimerait faire un magasin à son image mais selon ses mots : on ne vit pas dans un monde de ­Bisounours ».

Pour les éleveurs, cette volonté d'avoir toujours des prix plus bas que la concurrence « ne peut qu'appauvrir les filières, voire les faire disparaître... ».

Ce que chacun a pu constater en faisant un tour dans les rayons de la grande surface : « Il y a beaucoup de produits segmentés avec de nombreuses références, avec des différences de prix, de qualité, des labels, ou des marques comme C'est qui le patron ou Soutenons nos agriculteurs, au risque de perdre les clients devant le choix, relève Jean-Luc Debray. De plus, 12 à 15 % du magasin est consacré à la marque du distributeur. Or, la moitié de ce marché se fait sur appel d'offres, et il faut dire que là-dessus les coops ne nous aident pas ».

« La plus grosse part devrait revenir au producteur »

Devant le rayon des œufs, lui aussi particulièrement segmenté, avec une offre de références pléthorique, l'éleveur Antoine Sagette constate : « De mon côté, je vends la douzaine d'œufs 1,05 euro à mon centre de conditionnement. Là, je la retrouve à 3,40 euros... Il me semble que la plus grosse part devrait revenir au producteur, c'est lui qui prend tous les risques, qui supporte les frais liés au cheptel, aux évolutions réglementaires, comme de faire entrer la lumière naturelle dans les bâtiments... Tout ça n'est pas normal ».

Il fait le même constat concernant les poules de réforme : « Déjà que l'on nous oblige à les réformer à 70 semaines, sinon ils ne prennent pas les œufs, alors qu'elles sont encore en pleine capacité de pondre, chaque poule nous est rachetée 29 centimes et elle est vendue en général autour de 5,40 euros le kilo... ».

Encore loin du compte

Et ce qui est vrai pour les poules de réforme vaut également pour les vaches. C'est d'ailleurs surtout le secteur de l'élevage qui subit ce qu'imposent les acteurs industriels de l'agroalimentaire et ceux de la grande distribution, engagés dans cette course vers les prix les plus bas possible. Lui aussi qui doit faire avec la hausse du coût des aliments. Or, notre alimentation a un prix. Et s'il y a bien quelques avancées, législatives ou contractuelles, force est de constater que l'on est encore loin du compte...

*Le directeur de l'enseigne n'a pas souhaité que la presse assiste à cette rencontre, ni que son nom ou celui de l'enseigne ne soient cités.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité