Aller au contenu principal

Une fête dynamique à Thoré-la-Rochette

Dimanche dernier, le domaine des Caves-aux-Caux, à Thoré-la-Rochette, a accueilli la Fête de la bernache. Le public était au rendez-vous.

Dimanche dernier, le domaine des Caves-aux-Caux, à ­Thoré-la-Rochette, a organisé la Fête de la bernache. Pascal Creuzet, propriétaire des lieux, décrit la philosophie de l’événement  : «  Ce rendez-vous traditionnel marque la fin des vendanges. Nous recherchons la convivialité  ».

Habituellement, 200 personnes sont accueillies dans des caves troglodytes pour un repas. Devant l’impossibilité d’un tel rassemblement en raison du contexte sanitaire, celui-ci avait été remplacé par un marché de producteurs.

Ces derniers étaient au nombre de dix  : maraîcher, apiculteur, fromager, etc. «  Nous avons organisé ce marché pour garder quelque chose de dynamique et d’agréable. Il était hors de question de ne rien faire  !  », indique Pascal Creuzet.

La bernache, c’est le jus qui commence à fermenter. Autrement dit, le sucre se transforme en alcool. Le raisin avait été vendangé quelques jours plus tôt.

Les visiteurs avaient le choix entre la bernache blanche, extraite du chenin, ou la bernache rose, extraite du pineau d’Aunis.

Venu en famille, Patrick est reparti avec 4,5 l de blanche et 1,5 l de rose  : «  J’achète mes vins ici. C’est convivial. La bernache est très douce et se conserve bien. Ceux qui ne connaissent pas devraient venir  !  ».

Sonia, «  attirée par les produits locaux  », a acheté 1,5 l de bernache rose et 1,5 l de blanche. «  J’aime la bernache. Cela ne dure pas longtemps. Il faut en profiter  !  », nous a-t-elle confié.

Pour sa part, Ludovic s’est offert 1,5 l de bernache rose  : «  Le produit ne doit ni être trop fort ni ressembler à du jus de raisin mais se situer entre les deux  ».

Parallèlement à la bernache, le domaine des Caves-aux-Caux a proposé ses vins à la dégustation et à la vente.

Originaires d’Eure-et-Loir, Isabelle, Jean-Michel et Clément commentent  : «  Nous étions venus lors de Vignes vins randos (le 6 septembre dernier, NDLR) et cela nous avait bien plu. Le chenin est bon même s’il est sec. Le chardonnay est plus sucré. C’est le plus doux des vins que nous ayons goûtés  ».

Olivier Joly

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité