Aller au contenu principal

Une MFR flambant neuf pour le Vendômois

Plus de deux cent cinquante personnes étaient présentes le 1er octobre à Saint-Firmin-des-Prés, pour l’inauguration officielle de la MFR du Vendômois.

Le 1er octobre, à Saint-Firmin-des-Prés. La MFR du Vendômois a été inaugurée officiellement par les élus du territoire, notamment le président de la Région, François Bonneau ou le député de la circonscription, Maurice Leroy (au c.).
Le 1er octobre, à Saint-Firmin-des-Prés. La MFR du Vendômois a été inaugurée officiellement par les élus du territoire, notamment le président de la Région, François Bonneau ou le député de la circonscription, Maurice Leroy (au c.).

C’est une foule compacte de plus de deux cent cinquante personnes qui entoure les élus venus couper le ruban tricolore de l’inauguration officielle des nouveaux bâtiments de la MFR du Vendômois, le 1er octobre à Saint-Firmin-des-Prés.

Il y a là toute l’équipe de la maison familiale autour de son directeur, Yann Beaurain, et de son président, Jean Perron, et surtout de très nombreux anciens élèves. Ce que ne manqueront pas de souligner dans leurs discours le député Maurice Leroy et le président de la Région, François Bonneau, signe pour eux de leur attachement aux valeurs transmises par la MFR.

Le projet du nouveau bâtiment a été lancé en 2011 par son inscription dans le Plan prévisionnel d’investissement établi entre la Région et les Maisons familiales. Il faut dire que l’ancien site, qui datait de 1955 était devenu complètement obsolète, impossible à mettre aux normes.

Sur le budget de 2,6 millions d’euros, la Région a apporté 1,5 millions, le département 200 000 euros et le reste a été financé par un prêt.

« Durant les six ans qui ont précédé les travaux, chaque membre de l’équipe à apporté sa pierre à l’édifice », a relevé Yann Beaurain. Le bâtiment a été livré au début de l’été.

Construite en panneaux de paille et ossature bois par des artisans du secteur, la nouvelle MFR est très économe en énergie.

Pour ses quelques quatre-vingt dix élèves en formation par alternance ou en apprentissage — 4e et 3e, CAP agricole, CAP maintenance des matériels parcs et jardins, technicien agricole — l’école compte quatre salles de classe, une salle informatique, un vaste atelier, un réfectoire et un internat d’une cinquantaine de lits. Et pour que les élèves puissent se défouler, un city-stade leur a même été installé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité