Aller au contenu principal

Une passion tardive mais intense

Aurélien Petit a été contaminé par le virus de la musique à vingt-et-un ans. Depuis, il cherche à développer son groupe et à enregistrer un album.

Aurélien Petit a intégré le groupe Hype me en 2014. (crédits : Léa Couty)
Aurélien Petit a intégré le groupe Hype me en 2014. (crédits : Léa Couty)

La musique, Aurélien Petit n’est pas tombé dedans quand il était enfant. Adolescent, il préférait jouer au ballon ovale plutôt que gratter les cordes d’une guitare dans sa chambre. « Je n’ai pas été élevé dans la musique. J’ai suivi des études dans le commerce international, à Tours. » Pourtant, c’est bien guitariste dans un groupe de rock électronique, Hype me, qu’il a fini par être.

« Lors de ma troisième année à la faculté, quand j’avais vingt-et-un ans, je suis parti en voyage Erasmus pendant six mois, en Irlande du nord, avec Alex et Ludovic, le chanteur et le batteur du groupe », explique ce jeune homme de vingt-cinq ans. C’est dans ce pays que tout a commencé. « Un soir, on a rencontré des Irlandais qui jouaient de la musique. J’ai demandé à Ludovic de m’apprendre. » De retour en France, Aurélien a continué de jouer, prenant des cours particuliers qu’il suit encore aujourd’hui. « Ces cours me permettent de me perfectionner davantage. » Parce que oui, la musique est devenue une passion et prend de plus en plus de place dans sa vie. « J’ai été contaminé », ironise le jeune homme.

Aujourd’hui, Hype me est une formation à trois musiciens : Aurélien, le guitariste, Ludovic, le batteur et Alex, le chanteur. Tous ont un métier à côté. Commercial, ce Blésois (Loir-et-Cher), a appris à gérer passion et vie professionnelle. « Nous répétons tous les week-ends sur Châteaudun (Eure-et-Loir). » Grâce à son métier, qui demande de nombreux déplacements dans plusieurs départements, le jeune homme crée des contacts pour son groupe. « Chacun de son côté essaie d’utiliser ses compétences professionnelles pour développer le groupe. »

Le trio cherche à faire des concerts et surtout à enregistrer un album. « On s’est inscrit sur un site Internet de financement participatif. Pour le moment, nous avons récolté 50 % de la somme demandée et il nous reste encore une quinzaine de jours pour remplir le contrat. Ca serait super d’avoir un vrai CD enregistré en studio. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité