Aller au contenu principal

Une perle de l’artisanat d’art

Artisan perlier à Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne), Eugénie Vanlerberghe travaille du verre de Murano (Italie) au chalumeau et crée des pièces uniques.

Les perliers sont aussi appelés des fileurs de verre, car ils étirent cette matière première.

La passion d’Eugénie Vanlerbergue pour les perles de verre prend sa source en Italie où elle travaille en tant qu’ingénieur pour un grand groupe d’agroalimentaire.

Alors qu’elle flâne au gré des ruelles de la cité vénitienne durant le carnaval, elle découvre un perlier qui façonne ses perles au  chalumeau. Attiré par ce savoir-faire, Eugénie décide de réaliser un stage chez un perlier installé à Murano, île réputée pour ses verreries, où « elle tombe amoureuse de cette technique ».

De retour en France avec son époux, elle opte pour un changement de carrière radical et intègre le Centre européen de recherche et de formation aux arts verriers en Lorraine.

Jeune diplômée, elle s’entraîne encore huit mois avant de créer son entreprise, « la pratique étant primordiale », explique la jeune trentenaire.

Exposition, comité d’entreprise, catalogue, vente à domicile lui permettent d’écouler sa production, « mais les gens ne se rendaient pas compte que je fabriquais la perle, d’où l’idée d’avoir un site où l’on me voyait travailler comme artisan-verrier mais aussi comme artisan-bijoutier. En effet, les perles doivent ensuite être mises scène. Ma démarche est de partager cette technique et de rendre visible le savoir-faire de ce métier d’art ». 

Ainsi, en octobre 2011, elle ouvre sa boutique à Moret-sur-Loing, village d’artistes aux portes du massif de Fontainebleau d’où vient la silice du verre de Murano.

« Bref, c’est un retour à la source », note Eugénie Vanlerbergue d’une voix douce.

Avec son chalumeau chauffé à 1000 °C, elle fond des baguettes de verre de Murano. « Le verre doit être visqueux. Je joue donc avec la température. A moi de m’adapter à son comportement », raconte l’artiste qui est membre des Perliers d’art de France. 

Les perles sont ensuite cuites pour se solidifier.

Eugénie mise sur la qualité y compris pour la monture des bijoux (argent à 925) ou les matières auxquelles elle associe (cuivre, cuir, plumes) certaines de ses créations.

Alors que les perles de verre permettent une infinité de bijoux, elle réalise également des accessoires de maison, des boutons de manchette.

Sa formation d’ingénieur de l’Esa d’Angers lui permet d’avoir des notions en comptabilité, gestion, marketing, des atouts non négligeables pour l’aspect cheffe d’entreprise, qui recouvre de multiples facettes en sus du côté artistique.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Publicité