Aller au contenu principal

Une récolte arboricole moyenne à cause du climat

Après les fruits rouges, la récolte des arboriculteurs se poursuit avec les pommes et poires. L’occasion de faire un premier bilan de la saison.

Les poires sont parmi les espèces qui ont le plus souffert cette année des conditions climatiques chaudes et sèches.

Tandis que, pour les arboriculteurs, la récolte bat encore son plein, l’année se dessine comme « moyenne », du fait des conditions climatiques particulières.

« L’année a été très chaude et particulièrement sèche », prévient d’emblée le conseiller de la chambre d’Agriculture d’Ile-de-France, Yves Méritan : « L’hiver a été doux et surtout suivi d’un printemps chaud et très sec avec des températures très élevées au moment de la floraison. Ces fortes chaleurs se sont poursuivies durant tout l’été et cela a eu tendance à provoquer des chutes régulières de jeunes fruits ».

De ce fait, Yves Méritan constate une récolte davantage homogène en vergers irrigués.

Globalement, ce sont les poiriers qui ont le plus souffert de la chaleur et de la sécheresse. Les producteurs doivent faire face soit à une récolte faible, soit à un calibre insuffisant selon les variétés.

Les pommiers, eux, ont pu bénéficier de conditions climatiques plus clémentes pour la maturation et la récolte s’en trouve donc légèrement meilleure. « Les rendements sont satisfaisants avec un calibre généralement suffisant, une belle coloration et un bel aspect malgré quelques traces de brûlure sur certaines variétés », note Yves Méritan. 

Du côté des prunus (cerisier, prunier), ils sont peu concernés cette année par la mouche asiatique Suzuki mais ont néamoins moyennement produit en raison d’une floraison médiocre. « C’est la conséquence directe des très fortes attaques de mouches l’an passé », explique le conseiller.

Enfin, la situation est similaire pour les framboisiers. « De façon générale, l’année est aussi marquée par une qualité gustative moyenne avec des fruits très sucrés et peu acides et le potentiel de conservation est de ce fait limité », conclut Yves Méritan.

Sur le plan phytosanitaire, 2015 reste dans les mémoires car elle aura été particulièrement calme. « Peu de tavelure, peu d’oïdium, pas de puceron cendré, des pucerons lanigères mais bien contrôlés », égraine le conseiller qui note deux « surprises » : la quasi-absence de la mouche asiatique sur les prunus et les framboisiers alors que de terribles attaques avaient ravagé les cultures en 2014 et les fortes attaques d’araignées rouges sur pommiers alors que ce ravageur avait disparu depuis plus de quinze ans.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité