Aller au contenu principal

Une vache Loirétaine au Salon International de l'Agriculture

Dans notre journal du 26 février, vous trouverez un dossier consacré au Salon de l'agriculture 2016 avec ci-joint un premier article sur Eric Guérin et sa vache, Helvet Red de la Sologne, sélectionnée pour Paris.

Samedi 27 février, Portes de Versailles à Paris, débutera le salon international de l’agriculture. Cette année, Eric Guérin, éleveur à Cerdon, s’y rendra avec sa vache, une Prim’Holstein rouge, Helvet Red. Les concours, il a ça dans le sang « mon grand père faisait déjà des concours avec des vaches normandes… et je crois que ma fille est encore plus passionnée que moi » avoue-t-il. Mais ne participe pas qui veut, au salon de l’agriculture. Seules 115 vaches titulaires, 100 noires, 15 rouges monteront à Paris. 35 autres vaches seront sélectionnées en tant que suppléantes avec l’espoir qu’une titulaire déclare forfait. Le Loiret dépend de la région Centre-Poitou-Charente. «Nous ne pouvons présenter que de 6 à 10 vaches maximum. Les places sont très chères » précise Eric Guérin. L’année dernière, sur les 10 vaches de la région, 5 venaient du Loiret. Cette année, elles sont 2 à représenter le département.

Premier tri : 900 vaches sélectionnées

C’est un processus en amont qui est réalisé. Toutes les vaches de France, inscrites sur Prim’Holstein France, association des éleveurs Prim’Holstein peuvent potentiellement concourir au concours national de la race. Seule condition : répondre à des critères de production.

«Ce ne sont pas toujours les mêmes qui peuvent participer, il faut avoir une vache sélectionnée par Prim’Holstein France» explique-t-il. Via un logiciel informatique, l’association trie les vaches inscrites au livre généalogique. C’est un premier tri  lié uniquement à la production. La vache qui participe au concours doit être une bonne laitière. De cette première sélection ressort 900 vaches sur la France entière.

Prim’Holstein France envoie ensuite un courrier à chaque éleveur en leur précisant que selon leur logiciel, une ou plusieurs de leurs vaches est susceptible de concourir pour le salon international de l’agriculture. «C’est l’éleveur qui choisit s’il veut ou pas participer. Il reçoit par courrier la liste des vaches potentiellement sélectionnées. Il doit ensuite renvoyer la liste avec ses choix. De mon côté, j’ai rajouté ma vache. Elle n’était pas sur la liste car c’est une jeune avec un premier veau. Du coup, ils ont dû regarder les caractéristiques de la mère. Si la mère ne remplit pas les critères, votre jeune est recalée » souligne Eric Guérin. Sa vache répondait aux critères et a pu passer au deuxième tri.

Des critères morphologiques

900 vaches, c’est encore loin des 115 retenues !

Retrouvez l'article intégral dans notre parution papier du 26 février

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Pauline Amisse, équithérapeute
D'abord assistante sociale et cavalière depuis l'enfance, Pauline Amisse a rapproché ses deux mondes pour devenir équithérapeute.
Miellerie Véron : l’apiculture, c’est à 70 % le travail de l’apiculteur
Apiculteurs professionnels, Sébastien et Nathalie Véron font transhumer une partie de leurs 1 300 colonies en fonction des…
Publicité