Aller au contenu principal

Témoignage
Victor Rabier : « Une version inédite du Festival qui fait appel à tous les cantons afin de redynamiser notre réseau »

Président du canton JA de l'Essonne et président du comité d'organisation du Festival de la terre 2022, Victor Rabier témoigne.

Victor Rabier.
© M.G. - Horizons

« Enfin ». C'est un peu le sentiment du JA Victor Rabier, président du canton de l'Essonne et du comité d'organisation du Festival de la terre 2022, qui travaille sur le sujet depuis… près de trois ans ! La dernière édition francilienne du festival, c'était en effet en 2019. 2020 et 2021 ont ensuite dû être annulées pour cause de Covid, alors même que - l'évolution de la pandémie étant incertaine - les JA avaient largement travaillé à l'organisation de ces deux rendez-vous manqués. 2022 sera donc « enfin » la bonne ! « Il y a eu un vrai sentiment de frustration ces deux dernières années. Je suis donc ravi de pouvoir enfin aller jusqu'au bout, avec une version inédite de ce festival puisque j'ai souhaité faire appel à tous les cantons JA pour l'organiser afin de redynamiser notre réseau qui a souffert des restrictions liées à la crise sanitaire ».

Depuis plusieurs mois maintenant, Victor Rabier pilote en effet une équipe inter-cantons où chacun s'est vu confier une mission précise à réaliser en totale autonomie (animations, restaurations, partenariats…). « C'était une façon d'organiser un événement de grande ampleur pour marquer le coup du retour du Festival de la terre tout en répartissant le travail à accomplir, souligne le JA de l'Essonne. Cela a d'autant plus de sens que l'ensemble des JA qui prennent part à l'organisation sont relativement jeunes dans la structure et c'est pour nous tous notre premier festival. Cela a des côtés positifs car nous sommes motivés et plein de belles idées innovantes mais nous avons parfois tâtonné et perdu du temps sur certaines dossiers par manque de connaissances et/ou d'expériences ».

« Passer la barre des 25 000 entrées »

À une semaine de l'événement, le Festival est désormais sur les rails et les JA donnent le dernier coup de collier afin que tout soit prêt dans les temps. « C'est un très belle aventure. Très prenante, assez chronophage, mais cela vaut vraiment le coup de le vivre une fois. C'est formateur », sourit Victor Rabier qui espère que tous ces efforts seront récompensés.

« Pour moi, le festival sera réussi si nos JA, nos partenaires passent un beau week-end, si nos messages passent auprès des politiques et du grand public et si nous parvenons à passer la barre des 25 000 visiteurs » se prête-t-il à espérer.

Rendez-vous les 10 et 11 septembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité