Aller au contenu principal

Une viticulture raisonnée aux Caves-aux-Caux

Le domaine des Caves-aux-Caux, situé sur l’aire d’appellation Coteaux-du-Vendômois (Loir-et-Cher), pratique une viticulture raisonnée. De plus, la fermentation des vins est naturelle. Découverte d’une philosophie et de ses exigences.

« Nous pratiquons un viticulture raisonnée », déclare Pascal Creuzet, propriétaire des Caves-aux-Caux, à Thoré-la-Rochette. Le professionnel désherbe le rang une fois par an et broie l’entre-rang.

Pour la protection fongique et insecticide, l’observation constitue le fil conducteur de son itinéraire technique. « Nous avons toujours fait attention à nos pratiques  : le bon sens passe parfois par l’inaction », dit-il. Ainsi, il n’y a pas eu de traitement insecticide sur les dernières campagnes. Seule la protection fongique est plus régulière mais pas systématique  !

Une parcelle d’environ 80 ares de pineau d’Aunis vieille d’une centaine d’années est travaillée avec un cheval de trait et vendangée à la main.

« C’est une philosophie », commente Pascal Creuzet. Cela donne lieu à la cuvée Trotte-­Putain, du nom de la parcelle inscrit au cadastre. Le rendement de cette parcelle est de 9 hl. « Le vin est sec, minéral, avec une note poivrée », indique le maître des lieux.

Tous les vins sont issus d’une fermentation naturelle.

« Une semaine avant les vendanges, nous récoltons du raisin pour faire nos pieds de cuves, indique le viticulteur thoréen. Nous n’utilisons ni levure exogène ni enzyme et nous ne travaillons qu’avec du soufre pour la conservation ».

Par ailleurs, trois cuvées, un blanc, un rouge et un pétillant, sont produites sans intrant ni conservateur. « Pour le moment, je ne suis pas favorable au cahier des charges bio car il ne me semble pas au point, explique Pascal Creuzet. Le vin doit se faire le plus naturellement possible. Gustativement, c’est différent  ! ».

Après fermentation alcoolique, le vin est passé au froid, ce qui évite un traitement. Puis il subit une filtration stérile, avant bouchage en limitation d’oxygénation. « Une rigueur sanitaire est indispensable car la moindre bactérie est rédhibitoire », prévient le professionnel.

Celui-ci poursuit  : « À travers dix-huit cuvées différentes (blanc sec, blanc demi-sec, blanc doux, blanc liquoreux, gris et rosés demi-secs, etc.), nous balayons tout le panel des saveurs. Nous proposons des vins adaptés à tous les moments de convivialité (apéritif, repas, etc.), en vente directe à la cave ».

Le domaine a également un contrat de vendanges avec la cave coopérative de Limeray (Indre-et-Loire).

À l’heure où nous écrivions ces lignes, 5 ha restaient à récolter. Le viticulteur thoréen dresse le bilan suivant sur 15 ha  : « Grâce à la pluie du mois de juin, les cépages précoces (gamay et pineau d’Aunis) ont moins souffert que les tardifs (cabernet, pinot noir et côt), dont les rendements s’annoncent moyens ». Ainsi, en côt, le résultat est d’environ 35 hl/ha.

Le domaine des Caves-aux-Caux projette de développer sa clientèle professionnelle (bars et restaurants) et de faire connaître ses cuvées en bouteille. D’autres projets concernent la modernisation du matériel (achat d\'une étiqueteuse et de cuves inox, etc.).

Olivier Joly

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité