Aller au contenu principal

Vache folle : les industriels espèrent la fin du retrait systématique des morceaux à risque

Les industriels de la viande bovine espèrent mettre un terme à l’obligation de retrait systématique des matériels à risque spécifiés (MRS), ces morceaux qui peuvent être porteurs de l’agent infectieux de la maladie de la vache folle, a expliqué le Sniv (syndicat des industriels de la viande) lors de son assemblée générale, le 7 octobre à Paris.

Les industriels pensent pouvoir faire évoluer la réglementation européenne, alors que la France devrait obtenir en mai prochain le statut de «pays à risque négligeable à l’égard de l’ESB», selon eux. «D’ici 3 ou 4 ans, on devrait ne plus avoir de MRS», a estimé Christophe Lapasin, secrétaire général de Célène (association environnement-énergie de l’industrie de la viande). 320 000 tonnes de MRS sont retirées chaque année en France, selon les industriels qui espèrent économiser plus de 30 millions d’euros de frais d’enlèvement par les équarrisseurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité