Aller au contenu principal

Vague de chaleur : des risques pour le blé  

Les fortes températures enregistrées entre dimanche et mercredi en Ile-de-France (entre 33°C et 38°C le jour) pourraient affecter les rendements en blé.

Les fortes températures contribuent à diminuer les rendements.

Les fortes températures enregistrées entre dimanche et mercredi dernier en Ile-de-France (entre 33°C et 38°C le jour, plus de 20°C la nuit) pourraient diminuer les rendements en blé.

En effet, les températures optimales de croissance sont d’environ 20°C le jour et 10°C la nuit. À température élevée, la respiration (qui brûle les réserves d’énergie) est plus élevée que la photosynthèse (qui fabrique les réserves). 

Le remplissage des grains et le nombre de grains par épis s’en trouvent donc réduits.

« Au-delà de 25°C le remplissage du blé ne se fait pas à l’optimum. La migration est moins efficace et altère le rendement. On peut estimer qu’une journée à 25°C enlève un quintal par jour  », souligne Christophe Dion, responsable du service technique de la chambre d’Agriculture.

Si cette vague de forte chaleur venait à se renouveler, les risques que les récoltes soient affectées ne sont pas négligeables. 

« Il y a déjà un risque dans les zones où la réserve utile en eau est faible notamment dans l’est de l’Essonne. Si ces épisodes climatiques se cumulent, le rendement en sera endommagé, c’est à peu près certain », confirme Christophe Dion.

Si le blé pourrait être touché, il n’y a moins d’inquiétude sur l’orge d’hiver : « la moisson est annoncée dans une dizaine de jours, peut-être moins, les dès sont jetés. On a quelques incertitudes sur les gels forts du printemps qui ont pu enlever quelques grains. Le nombre de grains sera peut-être légèrement réduit ; on peut également avoir un problème sur le calibrage, les fortes températures faisant diminuer la taille des grains. »

Pour les colzas, la situation est très hétérogène d’une parcelle à l’autre et l’on s’attend à des variations de rendements importantes.

C’est la conséquence d’une conjonction de facteurs : insectes dans certains secteurs, mauvaises levées à l’automne, mauvais enracinement dans d’autres situations : « et parfois même les trois à la fois ce qui fait que l’on n’est pas très très serein sur les rendements du colza », conclut Christophe Dion.

Jusque-là les récoltes s’annonçaient meilleures que l’an dernier avec peu de maladies et un printemps correct malgré quelques épisodes de sécheresse.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité