Aller au contenu principal

Vin
Valérie Forgues sort des sentiers battus

Viticultrice biologique à Mareuil-sur-Cher (Loir-et-Cher), Valérie Forgues se confie sur son rapport à la terre, à la vigne et au vin.

Ingénieur de formation et possédant une expérience dans l’industrie agroalimentaire, Valérie Forgues a repris le domaine de la Méchinière, à Mareuil-sur-Cher, en 1997. « Je l’ai entièrement transformé », déclare la viticultrice. Celle-ci a adhéré à Terra Vitis en 2000 avant d’entamer une conversion biologique treize ans plus tard. Depuis 2019, ses 14 ha de vignes sont certifiés.

La professionnelle explique : « J’ai remplacé le désherbage chimique par un travail du sol. J’utilise plusieurs outils : soc pour butter et débutter la vigne, décavaillonneur hydraulique et lames interceps. J’essaie de travailler sous le rang. D’où un besoin en matériels. Cela représente un coût et nécessite un savoir-faire. Pendant longtemps, la terre a été tassée. La reprise du sol se fait sur plusieurs années ».

États-Unis : 75 % des débouchés

Valérie Forgues poursuit : « En conventionnel, les produits rentrent dans la plante. Lorsque j’ai entamé ma conversion, le système immunitaire de la vigne était affaibli. Or 2016 fut une année humide, favorisant le mildiou et l’oïdium. La vigne avait besoin de se recréer un équilibre. J’ai traité avec un produit à base de cuivre et de soufre. Mais cela n’a pas fonctionné, générant de mauvais rendements. Progressivement, la vigne s’est consolidée et j’ai mieux maîtrisé le travail du sol ».

« J’ai créé une relation personnelle avec la vigne. On ne se convertit pas à l’agriculture biologique sans remise en cause dans sa vie privée. C’est une philosophie », dit encore la vigneronne. Les États-Unis représentent les trois quarts de ses débouchés. Mais, en 2020, à cause de la taxe Trump, la Mareuillaise n’a vendu que 10 % de ses volumes habituels outre-Atlantique. Et la crise sanitaire est une seconde source d’inquiétude…

« Une relation humaine avec les clients »

Valérie Forgues vendange manuellement. « Cela permet de ramener un raisin sain et intègre pour raconter son fruit. Mes vins sont le reflet de leur paysage », indique l’intéressée. D’ajouter : « Mes raisins possèdent une riche microflore. Je pars de ces éléments endogènes. Une vinification débute par de l’huile de coude car il faut nettoyer les cuves. Un bon démarrage de fermentation nécessite une surveillance des températures et des analyses pour éviter toute dérive ».

« Je veux que les vins blancs soient synonymes de plaisir et non d’acidité », insiste la vigneronne. Lors de la fermentation, les levures consomment le sucre et le transforment en alcool. Une fois leur œuvre achevée, celles-ci meurent, laissant la place à d’autres micro-organismes. Pour arrêter la fermentation, on aseptise le milieu avec du soufre.

Reste la question de l’acidité. Valérie Forgues explique : « Si on produit un vin technologique, on achète des levures, des activateurs de fermentation et des désacidifiants ». Notre interlocutrice a effectué un autre choix : « Après la fermentation alcoolique, je laisse les bactéries se développer. Celles-ci consomment l’acide malique et libèrent l’acide lactique. La fermentation malolactique réduit l’acidité du vin. Mais ce procédé peut durer des mois. Cela apprend la patience et l’humilité ».

Valérie Forgues conclut : « Nous devons faire attention à la planète. En évoluant dans le bio, j’ai élaboré des vins qui sortent des sentiers battus. Les clients y sont sensibles. J’ai une relation humaine avec eux ».

Valérie Forgues

À noter

Le domaine de la Méchinière, à Mareuil-sur-Cher, compte 14 ha de vignes (sauvignon, orbois, cabernet, pineau d’Aunis, chenin, gamay et côt). Le rendement moyen s’élève à 20 hl/ha. La structure emploie un salarié ­permanent.
Adhérente de Bienvenue à la ferme, Valérie Forgues ouvrira les portes de son domaine dimanche 18 avril de 10 heures à 18 heures. Les 24 et 25 avril, elle participera également à l’opération De ferme en ferme organisée par le Centre d’initiative pour la valorisation de l’agriculture et du milieu rural. Plus d’informations au 02.54.75.15.80.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité