Aller au contenu principal

Vin
Valérie Forgues sort des sentiers battus

Viticultrice biologique à Mareuil-sur-Cher (Loir-et-Cher), Valérie Forgues se confie sur son rapport à la terre, à la vigne et au vin.

Ingénieur de formation et possédant une expérience dans l’industrie agroalimentaire, Valérie Forgues a repris le domaine de la Méchinière, à Mareuil-sur-Cher, en 1997. « Je l’ai entièrement transformé », déclare la viticultrice. Celle-ci a adhéré à Terra Vitis en 2000 avant d’entamer une conversion biologique treize ans plus tard. Depuis 2019, ses 14 ha de vignes sont certifiés.

La professionnelle explique : « J’ai remplacé le désherbage chimique par un travail du sol. J’utilise plusieurs outils : soc pour butter et débutter la vigne, décavaillonneur hydraulique et lames interceps. J’essaie de travailler sous le rang. D’où un besoin en matériels. Cela représente un coût et nécessite un savoir-faire. Pendant longtemps, la terre a été tassée. La reprise du sol se fait sur plusieurs années ».

États-Unis : 75 % des débouchés

Valérie Forgues poursuit : « En conventionnel, les produits rentrent dans la plante. Lorsque j’ai entamé ma conversion, le système immunitaire de la vigne était affaibli. Or 2016 fut une année humide, favorisant le mildiou et l’oïdium. La vigne avait besoin de se recréer un équilibre. J’ai traité avec un produit à base de cuivre et de soufre. Mais cela n’a pas fonctionné, générant de mauvais rendements. Progressivement, la vigne s’est consolidée et j’ai mieux maîtrisé le travail du sol ».

« J’ai créé une relation personnelle avec la vigne. On ne se convertit pas à l’agriculture biologique sans remise en cause dans sa vie privée. C’est une philosophie », dit encore la vigneronne. Les États-Unis représentent les trois quarts de ses débouchés. Mais, en 2020, à cause de la taxe Trump, la Mareuillaise n’a vendu que 10 % de ses volumes habituels outre-Atlantique. Et la crise sanitaire est une seconde source d’inquiétude…

« Une relation humaine avec les clients »

Valérie Forgues vendange manuellement. « Cela permet de ramener un raisin sain et intègre pour raconter son fruit. Mes vins sont le reflet de leur paysage », indique l’intéressée. D’ajouter : « Mes raisins possèdent une riche microflore. Je pars de ces éléments endogènes. Une vinification débute par de l’huile de coude car il faut nettoyer les cuves. Un bon démarrage de fermentation nécessite une surveillance des températures et des analyses pour éviter toute dérive ».

« Je veux que les vins blancs soient synonymes de plaisir et non d’acidité », insiste la vigneronne. Lors de la fermentation, les levures consomment le sucre et le transforment en alcool. Une fois leur œuvre achevée, celles-ci meurent, laissant la place à d’autres micro-organismes. Pour arrêter la fermentation, on aseptise le milieu avec du soufre.

Reste la question de l’acidité. Valérie Forgues explique : « Si on produit un vin technologique, on achète des levures, des activateurs de fermentation et des désacidifiants ». Notre interlocutrice a effectué un autre choix : « Après la fermentation alcoolique, je laisse les bactéries se développer. Celles-ci consomment l’acide malique et libèrent l’acide lactique. La fermentation malolactique réduit l’acidité du vin. Mais ce procédé peut durer des mois. Cela apprend la patience et l’humilité ».

Valérie Forgues conclut : « Nous devons faire attention à la planète. En évoluant dans le bio, j’ai élaboré des vins qui sortent des sentiers battus. Les clients y sont sensibles. J’ai une relation humaine avec eux ».

Valérie Forgues

À noter

Le domaine de la Méchinière, à Mareuil-sur-Cher, compte 14 ha de vignes (sauvignon, orbois, cabernet, pineau d’Aunis, chenin, gamay et côt). Le rendement moyen s’élève à 20 hl/ha. La structure emploie un salarié ­permanent.
Adhérente de Bienvenue à la ferme, Valérie Forgues ouvrira les portes de son domaine dimanche 18 avril de 10 heures à 18 heures. Les 24 et 25 avril, elle participera également à l’opération De ferme en ferme organisée par le Centre d’initiative pour la valorisation de l’agriculture et du milieu rural. Plus d’informations au 02.54.75.15.80.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Vandalisme : 2 hectares de maïs broyés
Raphaël et Frédéric Bouché, exploitants à Ballancourt-sur-Essonne, ont été victimes d'un acte d'incivilité dans la nuit du…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité