Aller au contenu principal

Région Île-de-France
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes

La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première journée officielle de visite du côté ouest francilien. 

Rodée à l'agriculture seine-et-marnaise, son territoire, Valérie Lacroute est venue découvrir le territoire ouest francilien à l'occasion d'une journée de visite lundi 27 septembre. La nouvelle vice-­présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture et de l'alimentation s'est d'abord rendue à ­Pussay, en Essonne, chez le Jeune agriculteur Victor Rabier, afin de découvrir cette exploitation de grandes cultures, accompagnée par le président de la commission régionale Agriculture et ruralité, Jérôme Regnault. Étaient également présents lors de cette journée le président de la chambre d'Agriculture, ­Christophe ­Hillairet, les présidents des FDSEA d'Île-de-France et de Seine-et-Marne, Damien Greffin et Cyrille Milard, le président des Jeunes agriculteurs de région Île-de-France, ­Clément Torpier, ainsi que le président d'Île-de-France Terre de saveurs, Gérard Hébert. Tous ont profité de cette matinée pour évoquer avec l'élue régionale les grandes problématiques agricoles actuelles : la Pac, les zones de non-­traitement, le Varenne de l'eau ou encore le Plan pollinisateurs.

Volonté partagée

L'après-midi, l'ensemble des participants s'est rendu à Orsonville (Yvelines) chez le producteur de haricots Pascal Dupré. À travers la présentation de son exploitation, d'autres thématiques ont été abordées : les certifications en agriculture, l'interdiction des néonicotinoïdes, le rôle du glyphosate, les relations avec les entreprises de restauration collective ainsi que les enjeux logistiques. 

« Cette journée était une bonne prise de contact sur le terrain avec la nouvelle équipe régionale, s'est félicitée la profession agricole. Nous avons hâte de nous mettre au travail car il y a une vraie volonté partagée ». D'autres visites de terrain auront lieu sur le territoire ouest francilien dans les semaines à venir dont une avec la chambre d'Agriculture qui travaille sur un projet logistique pour soutenir les magasins de producteurs.

La ferme Yruce d'Orsonville

Pascal Dupré, producteur de haricots à Orsonville (Yvelines).
Pascal Dupré, producteur de haricots à Orsonville (Yvelines).
À Orsonville (Yvelines), ­Pascal Dupré est à la tête de la SCEA Yruce, productrice de haricots verts et haricots beurre, conventionnels et bio, commercialisés sur le marché du frais. L'entreprise produit 2 000 tonnes de haricots par an soit 20 % de la production nationale de haricots en frais. « La saison démarre sur des terres charentaises dès la mi-juin puis ici à Orsonville sur 250 hectares dès la mi-juillet et jusque fin octobre. Nous effectuons un semis tous les deux jours », a présenté l'agriculteur qui a également détaillé le matériel et les conditions de récolte avant de poursuivre : « Tous les bâtiments sont sous panneaux photovoltaïques, ce qui me permet de dire que toute l'électricité consommée durant les quatre mois intenses de la saison est produite ici ». Le producteur a ensuite proposé une visite guidée de ses bâtiments où travaillent six personnes. Une fois récoltés, les haricots passent au triage optique avec des critères de couleur, de forme et de texture. Ils sont ensuite séchés, refroidis, retriés puis conditionnés selon leur destination commerciale. Les haricots de Pascal Dupré sont commercialisés sous sa propre marque « Larry Cover » mais aussi sous le nom « D'aucy » avec qui il a un accord sur le marché du frais.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité