Aller au contenu principal

Vignerons indépendants développe son site en ligne de vente directe

Le site de vente directe des Vignerons indépendants a un an : l’occasion pour les adhérents du Centre Val-de-Loire de faire le point sur son développement, ses nouvelles offres et les astuces pour vendre sur Internet.

Après un an de fonctionnement, le site de vente en ligne des Vignerons indépendants enregistre un chiffre d’affaires de 101 224 € au mois de décembre 2015, contre 41 727 € deux mois auparavant. Une belle progression que l’entreprise qui gère cet outil, Plugwine, espère voir encore augmenter.

C’est pour cette raison, mais aussi pour présenter de nouvelles offres aux vignerons et leur donner des astuces pour améliorer leurs ventes sur Internet, que deux membres de la société, Benoît Escher et Clémence Vigneron, font actuellement un tour de France des fédérations de Vignerons indépendants.

Le 11 février, ils sont venus à Amboise (Indre-et-Loire) face à une trentaine de vignerons, utilisateurs ou non du site national de vente en ligne. « L’objectif cette année est de faire connaître le site de vente directe, de recruter de nouveaux clients et de générer des ventes », explique Benoît Escher. En décembre, le panier moyen d’un visiteur était de 160 €. Plugwine a développé de nouvelles offres pour les vignerons utilisateurs du site de vente comme l’export vers la Belgique ou encore une nouvelle formule pour la logistique. 

Cette réunion a été nourrie par des échanges entre les créateurs de cet outil et les utilisateurs : une vigneronne a soulevé le problème de la mise en valeur des produits qui, selon elle, sont souvent les mêmes, une seconde a déclaré n’avoir vendu que deux cartons depuis avril, tandis que d’autres ont admis faire de belles ventes notamment grâce au renvoi du site de leur domaine vers celui de vente directe…

« Il y a des choses à améliorer, c’est un bébé à faire évoluer », a précisé Benoît Escher.

Un point a notamment été fait sur les bonnes pratiques pour vendre sur Internet : une description personnelle, des photos de qualité et de la communication. Une communication qui passe notamment par l’envoi de six à neuf newsletters par an. Les événements-promotions font aussi partie du jeu : « Elles sont nécessaires car elles sont un appel d’offre pour le client, elles amènent de l’achat et de nouveaux clients. Les promotions, c’est la loi sur Internet, si nous n’en faisons pas, nous ne vendrons pas », a expliqué Benoît Escher.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité