Aller au contenu principal

Villeneuvette : un monde à part

L’ancienne manufacture royale de Villeneuvette, en Languedoc-Roussillon, sert chaque année d’écrin à un festival artistique et à des rencontres intrigantes.

Extérieur fin de journée, une odeur de gingembre et de curry se promène dans l’air, un chat nous détale entre les pattes. Une foule bigarrée flâne dans les rues, ou s’attarde sur la place du village pour se restaurer. 

À une petite heure de Montpellier, bienvenue au quatrième festival de Villeneuvette ! C’était du 14 au 16 août, dans cette ancienne « ville usine » royale où l’on a fabriqué, du XVIIe au XIXe siècle, des draps et des uniformes de soldats.

Le festival est dévolu aux arts de la rue et aux musiques actuelles. La programmation propose des styles variés et parfois inattendus : du « burlesque rock’n’roll », un « conte marionnettique » et même un concert de « hip hop électroménager »...

En temps normal déjà, tout est pittoresque à Villeneuvette — pittoresque au premier sens du mot : digne d’être peint —, ses fontaines, ses pavés, sa végétation, son aqueduc, ses maisons aux volets vert tendre. 

Là, les couleurs et les visions jaillissent. Le ton est donné dès l’entrée du village : un bus à impériale s’est garé contre l’église du XVIIIe siècle. 

On plonge dans un univers peuplé de roulottes et de fantasmagories, hors du temps. Dans un jardin se côtoient un toboggan jaune, des vieux canapés, un clavier de piano déglingué suspendu entre deux arbres.

Un grand gaillard maquillé de blanc et costumé de rouge traverse la place au pas de course. À la terrasse d’un troquet, un groupe de musiciens patiente avant son concert, gueules de Rolling Stones rhabillées par Tim Burton.

Extérieur nuit noire. L’impression d’irréalité s’est amplifiée. La bière au gingembre n’y est peut-être pas pour rien. 

Venues de lampions colorés et d’abats-jours de toutes formes, des lumières chaudes dansent sur l’eau de la fontaine et sur les visages des festivaliers. La prochaine représentation — le « Crazy rock and roll machine show » de « Mike Starnight » — va commencer.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
Publicité