Aller au contenu principal

Entreprise
Vriet : de la scierie à la tonnellerie

Groupe familial spécialisé dans le travail du bois, Vriet compte sur la tonnellerie pour assurer son avenir. L’opérateur possède deux unités de production : l’une à Mont-Près-Chambord (Loir-et-Cher) et l’autre à Cognac, en Charente.

«En 1950, les scieurs travaillaient à façon dans la forêt et se déplaçaient au gré des chantiers. Originaire des Deux-Sèvres, mon grand-père avait une scierie volante. Il est arrivé dans le Loir-et-Cher et s’y est installé », raconte Stéphane Vriet, gérant du groupe familial éponyme.

Qui ajoute : « Nous avons fait de la scierie pure jusqu’en 1990. Puis nous avons installé la merranderie. »

La grume est transformée en douelles, lames de bois qui servent à fabriquer les fûts. Stéphane Vriet indique : « Guy, mon père, a dirigé l’entreprise jusqu’en 1990. Il était très ouvert et pensait à la tonnellerie. »

Les douelles étaient vendues à un tonnelier girondin. L’activité existe toujours. La production annuelle s’élève à 700 m3, sachant que 1 m3 de douelles permet de fabriquer dix fûts.

Frères Vriet
Alain, Denis, Stéphane et Arnaud Vriet (de g. à d.) sont quatre des cinq associés du groupe.

Notre interlocuteur raconte comment l’entreprise de Mont-Près-Chambord a acquis deux tonnelleries : « Pour la première, Jacky Blanchard, qui était installé à Vineuil, arrivait à l’âge de la retraite. Je lui vendais des douelles. Le rachat de cette entreprise qui existait depuis 1900 était un prolongement naturel de notre activité. Nous voulions sortir de l’emprise des gros tonneliers. Ceux-ci n’avaient pas de merranderie et achetaient des merrains. Aujourd’hui, ils s’auto-approvisionnent à 70 %. Quand le marché baisse, ils ne commandent plus de bois. Dans le second cas, un tonnelier de Cognac (Charente) est venu nous voir pour des merrains. Celui-ci cherchait un partenaire industriel. Finalement, nous avons racheté l’entreprise. »

Les douelles sont mises en rose car le fût retourné a une forme de pétale de fleur. Puis celles-ci sont chauffées à 180 degrés pendant 30 minutes pour la fermeture. Ensuite, la cuisson, qui dure une heure, fait ressortir les arômes en fonction de la demande du viticulteur.

Les exportations (États-Unis, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Australie, Allemagne, Italie et Espagne) représentent 70 % des débouchés. Bourgogne, Gironde et Centre-Val de Loire sont les principales destinations hexagonales.

Merrains
Le parc de maturation des merrains où ceux-ci sont entreposés durant vingt-quatre à trente-six mois.

« Si l’année 2020 fut satisfaisante, 2021 s’annonce compliquée, commente le gérant de l’entreprise. Outre-Atlantique, les facteurs économiques et climatiques ne sont pas favorables. La crise sanitaire perturbe également le marché. »

Notre interlocuteur ajoute : « 3 % de la production mondiale de vin est mise en fûts. Ceux-ci sont des produits chers. Seuls les vins de qualité y sont donc placés. »

Utilisant quasiment exclusivement du chêne, l’opérateur loir-et-chérien s’approvisionne dans un rayon de 200 km. La région ne possède aucune école de tonnellerie.

« Trouver de la main-d’œuvre qualifiée s’avère compliqué », indique Stéphane Vriet. Le chef d’entreprise aurait besoin d’une à deux personnes. « Nous sommes des ébénistes du vin », dit-il. Le travail nécessite minutie et rigueur. « Un tonneau est un emballage de luxe », insiste le dirigeant.

Celui-ci veut développer la tonnellerie. « C’est indispensable à la survie de l’entreprise », dit-il, ajoutant : « Créer un réseau commercial est compliqué. Par exemple, aux États-Unis, il faut connaître la langue, le bois et le vin. J’envisage de passer par un commercial vendant des tonneaux et qui essaierait de trouver des distributeurs. »

Pour en savoir plus sur l'activité de tonnellerie du groupe Vriet :

Repères

Installé à Mont-Près-Chambord, le groupe Vriet a vu le jour en 1960. Celui-ci comprend : une scierie, une merranderie, la Tonnellerie du Val de Loire, acquise en 2005, une tonnellerie à Cognac (Charente), acquise en 2015, et une activité de négoce du bois. Le total représente un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros, dont 1,4 million pour les deux tonnelleries. 4 personnes travaillent à celle de Mont-Près-Chambord et 5 autres à Cognac pour une production de 1 000 tonneaux par site. Employant 40 personnes, le groupe est dirigé par 5 frères et sœurs : Alain, Denis, Stéphane, Arnaud et Fabienne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
Comice : rendez-vous à Morée les 21 et 22 mai
Cette année, le comice agricole aura lieu les 21 et 22 mai dans le Vendômois, à Morée.
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
François-Xavier Rone devant son enrouleur.
La pluie se fait attendre
Depuis le début de ce mois de mai, l’inquiétude grandit dans le monde agricole. L’eau se fait attendre et les fortes chaleurs…
Publicité