Aller au contenu principal

Yannick Dagneau, le gibier dans le viseur

Photographe animalier, Yannick Dagneau voue une passion sans borne à la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne) et à ses habitants.

Yannick Dagneau aime dire qu’il pratique de la « chasse photo ». Son appareil photo remplace en effet le fusil du chasseur.
Yannick Dagneau aime dire qu’il pratique de la « chasse photo ». Son appareil photo remplace en effet le fusil du chasseur.

Élevé dans un cadre naturaliste, Yannick Dagneau arpente la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne) depuis son plus jeune âge, avec ses parents et grands-parents.

Jeune adulte, il la découvre en courant. Il aime sortir des sentiers battus, en explorer les moindres recoins et croiser de nombreux animaux.

Au milieu des années 1990, il acquiert son premier appareil photo. Peu à peu, la photographie animalière devient une passion à part entière. « J’ai besoin de ma dose de forêt, du contact avec les animaux, sinon je ne suis pas bien. Forêt et photo font partie de mon équilibre. C’est une sorte d’exutoire », explique cet encadrant d’éducateurs spécialisés qui s’adonne à sa passion toute l’année, même si la période hivernale y est moins propice.

« Au vert tendre du printemps, saison des naissances, succède la magnifique luminosité estivale. Et à l’automne, la forêt se transforme. Les sorties sont accompagnées du son du brame », souligne Yannick Dangneau dont le terrain de chasse photographique cible la forêt de Fontainebleau.

Il réalise ses clichés à la billebaude — au gré des pas — et au hasard des rencontres.

Son but : surprendre l’animal avant d’être repéré. « La photo retransmet la réalité du moment. Une photo animalière réussie porte sur l’absence de peur dans le regard des animaux. Je refuse de les retoucher », insiste le photographe animalier installé à Perthes après une enfance à Boi-le-Roi.

Cette passion, qui prend une place prépondérante dans sa vie, Yannick Dagneau veut la transmettre. À ses enfants d’abord. Sa plus jeune fille l’accompagne régulièrement en forêt. Et puis aux jeunes de l’IME (Institut médicoéducatif) où il travaille, en organisant des randonnées, des actions avec l’ONF, car, dit-il, « l’école de la nature a un effet apaisant et thérapeutique ».

D’ailleurs, le dernier ouvrage qu’il a publié, « La forêt bien-être », allie la forêt de Fontainebleau, la photo animalière et son métier de base : éducateur spécialisé.

Enfin, il participe à de nombreuses expositions. « Elles permettent d’échanger avec un public souvent étonné qu’on puisse voir autant d’animaux en forêt — et rencontrer d’autres passionnés. Les expositions permettent de dire qu’on dispose d’une richesse exceptionnelle, qu’il faut la préserver et conserver l’équilibre précaire de la faune sauvage. »

Les plus lus

La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le gel de début avril a impacté les vignobles romanais (archives).
Un marché international sous tension pour le sauvignon
Le gel a fortement impacté les vignobles romanais. Même si la cave Les Vignerons des coteaux romanais va puiser dans les stocks,…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité