Aller au contenu principal

Yohann Serreau : « Les soucis peuvent arriver maintenant »

Éleveur laitier à La Gaudaine et élu référent élevage à la chambre d’Agriculture, Yohann Serreau brosse un tour d’horizon du secteur laitier en Eure-et-Loir.

Le coronavirus désorganise le marché des produits laitiers et certains industriels ont demandé aux éleveurs de réduire leur production alors qu’avec le printemps celle-ci atteint son pic.

Néanmoins, l’Eure-et-Loir semble échapper à cette contrainte  : «  Ici, les producteurs sont liés à de grands groupes, Lactalis ou Bel essentiellement, qui sont habitués à gérer les pics de production. Ils adaptent leur transformation au contexte. Ce sont plutôt les petites entreprises qui sont touchées car elles sont souvent mono-produit  », explique Yohann Serreau, éleveur laitier installé à La Gaudaine, qui ajoute  : «  Pour sa part, Lactalis était plutôt inquiet de pouvoir faire tourner ses usines  ».

Cependant, l’industriel consacre environ un tiers de la production à l’exportation, or les prix de la poudre et du beurre sont en forte baisse  : «  Les soucis peuvent arriver maintenant, craint l’éleveur. Les prix peuvent baisser. Nous verrons si la loi Egalim est résiliente, si les industriels jouent le jeu, elle devrait nous protéger contre ça. Pour l’instant, nous ne savons pas si les industriels vont profiter de la crise Covid-19 pour baisser les prix, nous le saurons peut-être fin mai… Jusqu’à présent nous avions des prix corrects (324,32 euros les 1  000 litres en avril) et des perspectives très favorables au début de l’année  ».

Mais le gros problème des éleveurs euréliens est ailleurs  : «  Notre souci est plutôt climatique. L’excès d’eau a empêché de récolter à l’automne, ceux qui ont pu récolter après, ce n’était pas très bon… Puis les prairies se sont dégradées, il y a eu des difficultés pour sortir les vaches du fait du manque de portance. Chez ceux qui l’on fait, l’herbe ne repousse plus et les fauches de printemps se soldent par un manque d’environ 20  %. Si nous n’avons pas de l’eau en conséquence très rapidement, au moins trente millimètres, ça va être problématique. C’est pourquoi nous avons demandé très tôt, pour ne pas agir en pompiers, la possibilité de faucher les jachères. Mais nous n’avons pas de réponse… Si elle arrive en juillet, ce sera trop tard. Après le 15 mai, le foin perd sa valeur alimentaire…  ».

Hervé Colin

Les plus lus

La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le gel de début avril a impacté les vignobles romanais (archives).
Un marché international sous tension pour le sauvignon
Le gel a fortement impacté les vignobles romanais. Même si la cave Les Vignerons des coteaux romanais va puiser dans les stocks,…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité