Aller au contenu principal

Zoom sur la photo à l’ancienne

Remontez le temps dans un studio photo du onzième arrondissement de Paris.

Désormais, tout le monde fait son selfie, engorge son smartphone d’images, les répand dans le monde à travers les réseaux sociaux. Et le tout, de plus en plus vite. Pourtant, il existe quelques photographes qui réactivent les procédés anciens parce qu’ils développent ainsi une autre notion du temps : une sorte de « slow photo ».

À Paris, dans d’anciens ateliers industriels, se sont installés deux photographes qui ont fondé le studio Cuicui, Aude Boissaye et Sébastien Randé (retrouvez-les ici). Chez eux, l’ordinateur est là, bien sûr, mais il est rangé dans une malle-bureau. Au centre de la pièce, trône plutôt une grosse chambre en bois avec un soufflet poussiéreux et un gros objectif en laiton. On la déplace avec des manivelles. On ouvre et on ferme l’objectif à la main avec un cache noir. On fait la mise au point en glissant sa tête sous un velour sombre. Ici, pas question de pixels.

Même pas de pellicule. La technique employée est celle du collodion humide, un procédé du milieu du XIXe siècle qui consiste à rendre sensible une plaque de métal ou de verre. La technique permet d’obtenir une riche gamme de gris mais elle a l’inconvénient de devoir être réalisée rapidement pour conserver l’humidité. À côté de la chambre photographique et des multiples éclairages, le studio Cuicui a donc son laboratoire rempli de fioles de vieux chimistes pour fabriquer et développer les plaques.

Le résultat de la longue séance de pose est un objet unique enserré dans une boite de bois et de métal. Le sémiologue Michel Debray avait remarqué que le footing avait été inventé par la société de la voiture. Peut être que la société du selfie est en train de réinventer le cérémonial photographique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité