Aller au contenu principal

Urbanisme
1,7 hectare de maraîchage au cœur de l’éco-quartier de Champhol

La Saedel a présenté le 29 avril, les lauréats retenus pour le projet de maraîchage de l'éco-quartier de Champhol, sur l'ancienne base militaire B122.

Vendredi 29 avril, à Champhol. Tony Thieulin signe la convention aux côtés de Maxence Silly (à d.) et de Nicolas Moreau, directeur général de la Saedel (à g.).
Vendredi 29 avril, à Champhol. Tony Thieulin signe la convention aux côtés de Maxence Silly (à d.) et de Nicolas Moreau, directeur général de la Saedel (à g.).
© J.M. - Horizons

Lancé en 2019, le projet de réhabilitation en éco-quartier de l’ancienne base militaire B122 Chartres-Champhol, désaffectée depuis 1997, se précise. À terme, ce seront pas moins de 800 logements qui sortiront de terre d’ici à 2036, l’équivalent d’environ 2 000 nouveaux habitants sur la commune.

Sur les 29 hectares alloués à un espace agro-paysagé, 1,7 hectare sera réservé à une ferme maraîchère pour laquelle la Société d’aménagement et d’équipement du département d’Eure-et-Loir (Saedel) avait lancé un appel à candidatures en juin 2021. La mairie de Champhol et la Saedel ont présenté le projet retenu le 29 avril, lors de la signature de la convention avec les lauréats.

Créer du lien

Les élus, Tony Thieulin et Maxence Silly, ont tous deux acquis de l'expérience en étant saisonniers dans la ferme du père de Maxence Silly, maraîcher à Jouy. Ils se sont aussi formés en autodidactes à la méthode Fortier sur laquelle ils comptent se baser. Cette méthode aussi appelée « bio-intensive » a pour but d’optimiser le rendement d’une surface en culture, en se basant sur la conservation des sols et la création de planches permanentes. Maxence Silly explique qu’ils veulent « démontrer que l’on peut en vivre et aussi avoir du temps libre » mais ne se font pas d’illusions, « les premières années on va devoir cravacher pour y arriver », complète Tony Thieulin.

Les prochaines étapes sont la remise en état des terres et la création d’un bâtiment pour commencer les premières plantations et semis en début d’année prochaine. L’idée sera de faire de la vente directe pour les habitants du nouveau quartier mais les futurs maraîchers pensent aussi être présents sur les marchés locaux et créer une Amap. Pour les deux amis, assistants d'éducation dans le secondaire jusqu'à cette année, l'enjeu sera aussi de sensibiliser les nouvelles générations aux enjeux environnementaux et de santé en « remettant de la convivialité dans la vie locale ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité