Aller au contenu principal

Élevage
2020 : « une année compliquée » pour Alysé

Jeudi 22 avril, la coopérative Alysé a tenu son assemblée générale ordinaire en visioconférence.

Le président et le directeur d’Alysé, Nicolas Michaud et Marc Belvalette, ont animé l’assemblée générale de la structure jeudi 22 avril. Il était question de faire le rapport de l’exercice clos au 31 décembre 2020.

Un bilan douloureux pour l’entreprise. « L’année 2020 aura encore été une année compliquée pour Alysé. La coopérative a été impactée par la pandémie », introduit Nicolas Michaud.

Impact de la Covid-19

Dans un contexte de pandémie mondiale, le bureau d’Alysé a dû prendre la décision de stopper l’activité durant le premier confinement, ses missions étant jugées non essentielles.

« Les salariés ont bénéficié du chômage partiel mais la coopérative a maintenu le niveau de salaires des collaborateurs de terrain, souligne le président. Pour l’élevage, dans la zone Alysé, le contexte économique en termes de revenus n’est toujours pas satisfaisant pour les éleveurs laitiers et allaitants. Les cours ont été fortement dégradés à la suite de la crise sanitaire, conséquence directe de la fermeture de la restauration ».

Défi : sécurité fourragère

À cela s’ajoute un contexte climatique difficile. La sécheresse représente un véritable problème. « Une grande partie des éleveurs ont eu un déficit de rendement des récoltes fourragères tout au long de l’année », précise Nicolas Michaud. En effet, 2020 aura été une année particulièrement sèche du printemps à l’automne.

« Le réchauffement climatique est malheureusement, bel et bien enclenché. La sécurité fourragère est un véritable défi pour les éleveurs. L’équipe fourrage s’investit énormément afin d’accompagner les adhérents et pour trouver des solutions alternatives », poursuit le président.

Ce dernier et le directeur rappellent que l’outil AgriNIR et le suivi des matières sèches maïs permettent à leurs adhérents de réaliser des analyses complètes et de déterminer les dates optimales de leurs récoltes : « C’est un moyen de programmer vos chantiers d’ensilage. Des journées sont dédiées sur vos zones pour analyser vos fourrages avant la récolte ».

Des baisses dans tous les secteurs

Dans ce contexte difficile, Alysé connaît des arrêts d’élevages dans la zone. « Concernant la partie lait, nous baissons notre activité de 6,5 % avec une perte de 3,5 % du cheptel. En bovin viande, nous perdons 5 % d’adhérents, tandis qu’en ovin la baisse est de 40 %, due à la reprise dans le Loiret d'une partie du contrôle de performances par un autre opérateur.

Concernant les caprins, nous constatons également une baisse de 12 % malgré l’absence d’activité liée à la Covid au moment des mises bas », énonce Nicolas Michaud. Malgré tout, la coopérative garde une dynamique de relance en démarrant un groupe ovin animé par un nouveau technicien ovin.

Côté financier, 2020 n’est pas une bonne année pour les comptes d’Alysé. Le chiffre d’affaires et le produit ont baissé de 10 % et les charges de 2,5 %. Le résultat net est négatif de 363 819 euros.

Collaboration avec les chambres d’Agriculture

L’alliance entre Alysé et les chambres d’Agriculture est toujours d’actualité. Le président de la structure assure « qu’elle sera renforcée et précisée afin d’apporter le complément des expertises nécessaires à l’élevage de notre zone.

Cette alliance s’élabore en cohérence avec les projets de mandatures de chaque chambre d’Agriculture et dans le cadre d’actions concertées autour de la thématique de la relance de l’élevage, notamment dans l’Aube et dans le Loiret avec la démarche ‘‘Osons l’élevage’’ ».

La coopérative a notamment l’intention de déposer plusieurs dossiers aux chambres d’Agriculture afin de parler du climat, de la Pac et de la complexité des PCAE (Plans de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles).

Enfin, Alysé souhaite rester une coopérative de proximité pour les éleveurs. Dans ce cadre, elle prévoit de trouver d’autres alliances avec ses voisins travaillant sur la partie élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité