Aller au contenu principal

Élevage
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé

Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour booster l’élevage dans le département.

Mercredi 27 janvier, les acteurs de l’élevage loirétain et leurs partenaires se sont réunis en visioconférence pour lancer un vaste projet destiné à développer l’élevage dans le département : Osons l’élevage.

Ce projet repose sur trois grands axes : installer de nouveaux éleveurs en système polyculture-élevage, maintenir le tissu d’élevage existant, et permettre au territoire de s’adapter à l’élevage en maintenant les services aux éleveurs (vétérinaires, main-d’œuvre, maintenance, projets collectifs).

Plus de trente partenaires (lire encadré) vont signer une charte pour travailler ensemble à « promouvoir des modèles d’élevage viables et vivables » et « développer les synergies entre éleveurs et céréaliers ».

Concrètement, ils s’engagent pour cinq ans sur les débouchés, sur des aides, des contrats pour certaines productions, des plus-values sur le prix dans le cadre de démarches qualité, sur le partage de leurs outils et de leur expertise, sur l’accompagnement des porteurs de projets, sur le volet communication, etc.

Osons l'élevage visio
Le projet Osons l'élevage a été lancé le 27 janvier, en visioconférence (capture d'écran).

De cette rencontre virtuelle, on peut retenir l’enthousiasme des participants pour le projet et leur confiance dans l'avenir de leurs filières. De fait, l’élevage répond à des enjeux agronomiques, économiques, sociaux et environnementaux pour le territoire loirétain.

« Générer de la performance », « répondre à l’enjeu de sécurité alimentaire », « mettre à profit les outils en aval déjà présents », cite ainsi Jean-François Bléchet, élu à la chambre d’Agriculture du Loiret.

« Diversifier et sécuriser les revenus », « permettre des synergies avec les céréaliers » via l’alimentation et la valorisation des lisiers, « maintenir la biodiversité dans les campagnes » grâce aux prairies, « créer une émulation, apporter de la solidarité et de la convivialité lors des rassemblements d’agriculteurs comme les chantiers d’ensilage », note aussi Nicolas Michaud, président d’Alysé.

Moutons
Le projet Osons l'élevage vise à développer l'élevage ovin, bovin, porcin et avicole.

Le projet Osons l’élevage suscite de nombreuses attentes au sein des filières. Entre autres, « créer 2 000 places d’engraissement et développer le Label rouge pour les femelles de race à viande », pour Bernard Jacquet, de Sicarev (bovins et ovins). « Rémunérer correctement les éleveurs, susciter des vocations », pour Bruno Verkest, du Criel, pour les bovins lait.

« Produire 10 000 porcs par an et alimenter la filière d’abattage Tradival », pour Francis Lebas, de Cirhyo (porcs). Ou encore « maintenir voire augmenter le parc bâtiments, en lien avec les marchés, et favoriser la modernisation », du côté de Xavier Morin, de l’Adal (aviculture).

Parmi les échéances à venir, un point d’accueil centralisé « Osons l’élevage » sera lancé ce mois-ci pour capter et guider les personnes intéressées par l’élevage, puis un webinaire aura lieu jeudi 11 mars pour présenter la démarche aux agriculteurs du département. 

Les partenaires du projet

Le projet est co-animé par la chambre d'Agriculture du Loiret et la coopérative Alysé. La charte Osons l’élevage regroupe 11 organisations de production (Sicarev, Cirhyo, Sodiaal, LSDH, Huttepain aliments, Sanders Clémont nutrition, Axéréal élevage, Auvray SA, Fermes du Loir, CAIF, Nouri'vrai), 19 organisations professionnelles agricoles (FNSEA 45, Confédération paysanne 45 et JA du Loiret, Service de remplacement 45, GDS 45, Cecna, FDCuma, Groupama, Adal, chambre régionale d’Agriculture, Criel, Interbev, Ariporc, Criavi, Cerfrance Alliance Centre, AS Centre-Loire, Crédit agricole Centre-Loire, Crédit mutuel du Centre, Banque populaire Val de France), le monde de l’enseignement à travers l'Eplefpa du Chesnoy, et les services de l’État (DDT et DDPP du Loiret). La charte reste ouverte à d’autres partenaires.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité