Aller au contenu principal

Apiculture
« Une année catastrophique » pour les apiculteurs

2021 est une année noire pour les apiculteurs qui enregistrent des rendements historiquement faibles. En cause : des conditions climatiques déréglées.

Nils Aucante est représentant de la filière apicole à la FNSEA 41 et à la FNSEA Centre-Val de Loire.
Nils Aucante est représentant de la filière apicole à la FNSEA 41 et à la FNSEA Centre-Val de Loire.
© L.G. - Horizons

La récolte mellifère de cette année est « catastrophique » pour les apiculteurs. « C’est la pire année que j’ai connue, et je suis loin d’être le seul à le dire. D'autres producteurs, installés depuis trente ans, tirent le même constat », affirment Nils Aucante, représentant de la filière apicole à la FNSEA 41 et à la FNSEA Centre-Val de Loire.

En cause : les mauvaises conditions météorologiques du printemps. « Mai a été particulièrement catastrophique. Or, dans notre secteur, c’est le mois de l’apiculture par excellence. C’est là que les colonies se développent et qu’il y a des fleurs à profusion. Mais cette année, les abeilles ont eu très peu de jours de miellé, c’est-à-dire de jours pour sortir, ramener le nectar dans les ruches et se développer. Et derrière, la fin du printemps et le début de l’été n’ont pas été très propices », explique l’apiculteur solognot.

1/5 de la production

Installé depuis 2016 en système biologique, l’apiculteur estime n’avoir réalisé que 1/5 de sa production : « Tout le monde a fait une année très difficile. Au mieux, les apiculteurs ont perdu 30 à 40 % de leurs rendements, ce qui est énorme ». Des variables existent entre les producteurs bio et les conventionnels. « Nous en bio, nous ne pouvons pas aller sur le colza et le tournesol, or cette année, ce sont ces deux fleurs qui ont permis à certains de sauver leur récolte. »

L’année sera particulièrement difficile pour les jeunes apiculteurs fraîchement installés et pour ceux qui n’ont pas l’habitude de faire du stock. « Très rapidement, on ne va plus avoir de miel à vendre donc ça va être compliqué niveau trésorerie. »

Les apiculteurs regrettent « qu'aucun politique », notamment du département, n’ait réagi pour leur venir en aide. « On se sent un peu mis à l’écart. Pour une fois, l’apiculture demande quelque chose, on le fait rarement, mais cette année, on ne va pas avoir le choix. Les jeunes qui viennent de s’installer vont notamment avoir beaucoup de mal à survivre si rien n’est fait », insiste Nils Aucante.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
Comice : rendez-vous à Morée les 21 et 22 mai
Cette année, le comice agricole aura lieu les 21 et 22 mai dans le Vendômois, à Morée.
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
François-Xavier Rone devant son enrouleur.
La pluie se fait attendre
Depuis le début de ce mois de mai, l’inquiétude grandit dans le monde agricole. L’eau se fait attendre et les fortes chaleurs…
Publicité