Aller au contenu principal

Apiculture
« Une année catastrophique » pour les apiculteurs

2021 est une année noire pour les apiculteurs qui enregistrent des rendements historiquement faibles. En cause : des conditions climatiques déréglées.

Nils Aucante est représentant de la filière apicole à la FNSEA 41 et à la FNSEA Centre-Val de Loire.
Nils Aucante est représentant de la filière apicole à la FNSEA 41 et à la FNSEA Centre-Val de Loire.
© L.G. - Horizons

La récolte mellifère de cette année est « catastrophique » pour les apiculteurs. « C’est la pire année que j’ai connue, et je suis loin d’être le seul à le dire. D'autres producteurs, installés depuis trente ans, tirent le même constat », affirment Nils Aucante, représentant de la filière apicole à la FNSEA 41 et à la FNSEA Centre-Val de Loire.

En cause : les mauvaises conditions météorologiques du printemps. « Mai a été particulièrement catastrophique. Or, dans notre secteur, c’est le mois de l’apiculture par excellence. C’est là que les colonies se développent et qu’il y a des fleurs à profusion. Mais cette année, les abeilles ont eu très peu de jours de miellé, c’est-à-dire de jours pour sortir, ramener le nectar dans les ruches et se développer. Et derrière, la fin du printemps et le début de l’été n’ont pas été très propices », explique l’apiculteur solognot.

1/5 de la production

Installé depuis 2016 en système biologique, l’apiculteur estime n’avoir réalisé que 1/5 de sa production : « Tout le monde a fait une année très difficile. Au mieux, les apiculteurs ont perdu 30 à 40 % de leurs rendements, ce qui est énorme ». Des variables existent entre les producteurs bio et les conventionnels. « Nous en bio, nous ne pouvons pas aller sur le colza et le tournesol, or cette année, ce sont ces deux fleurs qui ont permis à certains de sauver leur récolte. »

L’année sera particulièrement difficile pour les jeunes apiculteurs fraîchement installés et pour ceux qui n’ont pas l’habitude de faire du stock. « Très rapidement, on ne va plus avoir de miel à vendre donc ça va être compliqué niveau trésorerie. »

Les apiculteurs regrettent « qu'aucun politique », notamment du département, n’ait réagi pour leur venir en aide. « On se sent un peu mis à l’écart. Pour une fois, l’apiculture demande quelque chose, on le fait rarement, mais cette année, on ne va pas avoir le choix. Les jeunes qui viennent de s’installer vont notamment avoir beaucoup de mal à survivre si rien n’est fait », insiste Nils Aucante.

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité