Aller au contenu principal

Maraîchage
Asperges : la fraîcheur fait la qualité

Charles Lemarié a repris en 2014 la production d’asperges initiée par son père sur l’exploitation de polyculture, en parallèle de la Cueillette de la grange, à Coubert (Seine-et-Marne).

En cette fin avril, à Coubert, la cueillette d’asperges bat son plein, bien que quelque peu ralentie par les températures fraîches, sous la surveillance de l’exploitant agricole, Charles Lemarié.

Cette production développée par son père s’étend sur une dizaine d’hectares. Elle complète également la gamme des produits proposés à la Cueillette de la grange et à la boutique à la ferme, développées par ses parents.

La culture de l’asperge débute en général dans la première quinzaine d’avril et s’étale jusqu’à la fin mai voire le début juin, soit environ deux mois.

« La récolte de l’asperge est aléatoire et dépend énormément de la variété du plant, de l’âge de celui-ci et bien entendu du temps, explique Charles Lemarié, qui estime que son rendement varie de 2 à 4 tonnes par hectare selon les années, contre 5 à 8 tonnes dans le Sud de la France où la récolte dure un mois de plus, ce qui est handicapant pour nous ».

Asperges
Au pic de la production, la cueillette peut atteindre une tonne par jour.

L’asperge est aussi une culture particulière par son cycle. Un rhizome planté en avril va se régénérer en poussant. Ainsi, au bout d’un an, la parcelle n’est récoltée que quelques semaines afin de ne pas épuiser la griffe tout en lui conférant un effet booster.

Il faudra attendre la troisième année pour pouvoir mener une récolte normale d’asperges. En juin, les buttes sont retirées et on épand un peu d’engrais.

Cela va permettre à la plante de se développer durant tout l’été et d’amasser de l’énergie pour l’année suivante. La qualité de vie de l’asperge durant l’été va définir la qualité de la récolte de l’année suivante.

« C’est durant l’été qu’on fait le rendement de l’année suivante », ajoute l’exploitant. Le sol de ­l­’inter-rang est travaillé et des couverts végétaux semés pour éviter l’apport de produits phytosanitaires.

Asperges
La cueillette des asperges nécessite un geste précis à l'aide d'une gouge.

Ici, les asperges sont essentiellement blanches. Avant la récolte, les asperges sont buttées et recouvertes d’une bâche bicolore. Un côté noir pour accélérer la pousse, un blanc pour la retarder. Cette bâche permet de protéger les plants de la lumière du soleil, et donc de les blanchir, mais aussi de réchauffer le sol avec le côté noir.

Cette production reste aujourd’hui très manuelle. La récolte est faite à la main. Les seules machines qui aident réellement l’exploitant sont celles qui servent au nettoyage et au tri des asperges.

Leur coût est élevé pour une période d’utilisation très limitée.

Une fois ramassée, l’asperge est plongée dans de l’eau froide pour arrêter la végétation. Elle est ensuite lavée, triée et placée en bottes d’un kilogramme selon son calibre — extra, catégorie une ou déclassée (asperges fines ou tordues). Les spécimens déclassés sont vendus ensemble.

Asperges
Avant la récolte, les asperges sont buttées puis recouvertes d'une bâche.

« La fraîcheur fait la qualité des asperges. Elles ne doivent pas être vendues à plus de J+2. »

La moitié de la production est vendue sur site ou dans un chalet situé sur un axe passant à quelques encablures, et le reste dans des boutiques à la ferme, à des maraîchers présents sur les marchés et à de rares restaurateurs.

Charles Lemarié fournit par exemple la Tour d’argent à Paris, qui a mis en place une épicerie et une vente de plats à emporter en cette période de fermeture pour cause de Covid-19.

L’entreprise familiale est labellisée Haute valeur environnementale (HVE) de niveau 3.

L'agriculteur a poursuivi la production de son père car il apprécie cette production, qu’elle complète l’activité des grandes cultures et permet d’offrir un produit frais en début de saison, avant les fraises et les tomates, produits phares de la Cueillette de la grange.

Les plus lus

Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Vincent Michelet montre la graine au stade «	germée 2 cm	» dont raffolent les corbeaux.
Appel aux agriculteurs pour réclamer une indemnisation des dégâts de corvidés
En juin, de nombreux agriculteurs constatent, comme à l'accoutumée, que les corbeaux et autres corvidés ont fait des semis leurs…
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Damien Chardon, exploitant agricole à Chevrainvilliers.
Les Fruits rouges de mon jardin et ses légumes
Depuis plus de vingt ans, Damien Chardon, exploitant agricole à Chevrainvilliers, s’est diversifié dans la production de fruits…
Le 13 juin, à Châteaudun. L'irrigation est un sujet important mais les animaux sont indispensables à la réussite de Plus belle la campagne.
Plus belle la campagne apporte l'irrigation à Châteaudun
Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a organisé son opération Plus belle la campagne le 13 juin à Châteaudun, autour du thème de l'…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité