Aller au contenu principal

Juridique
Autorisation d’exploiter, un sésame souvent nécessaire

Lors d’un projet d’installation ou d’agrandissement d’exploitation agricole, il faut s’interroger sur la nécessité d’une autorisation au contrôle des structures.

Si l’exploitant s’installe, s’agrandit ou réunit des exploitations, lorsque la surface totale qu'il envisage de mettre en valeur excède 137 hectares en polyculture, l’autorisation sera indispensable. Mais ce n’est pas le seul critère.
Si l’exploitant s’installe, s’agrandit ou réunit des exploitations, lorsque la surface totale qu'il envisage de mettre en valeur excède 110 hectares pour le Centre-Val de Loire et 137 hectares pour l'Île-de-France en polyculture, l’autorisation sera indispensable. Mais ce n’est pas le seul critère.
© Archives Horizons - Illustration

L’autorisation d’exploiter est nécessaire si, après reprise, la surface totale qu'il est envisagé de mettre en valeur excède le seuil fixé par le Schéma directeur régional des exploitations agricoles (Sdrea), soit 110 hectares pour la région Centre-Val de Loire et 137 hectares pour la région Île-de-France. Ce seuil peut faire l’objet d’une pondération en fonction de la nature de la culture.

Le seuil des 110 (ou 137) hectares n’est pas le seul critère

Une autorisation est également nécessaire quelle que soit la surface dans certains cas. La formation est un premier critère décisif. L’autorisation sera exigée si l’exploitant n’a ni la capacité, ni l’expérience professionnelle. Plus précisément, il devra détenir un diplôme agricole, d’un niveau bac minimum, ou avoir eu une expérience d’au moins cinq ans à temps plein sur une exploitation agricole, de 44 hectares minimum, au cours des quinze dernières années.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité