Aller au contenu principal

Territoire
Benjamin Challes, un éleveur bien dans ses baskets

Les élus du Pays de Dreux (Eure-et-Loir) ont visité, le 8 avril, l'exploitation de Benjamin Challes, qui produit des volailles Label rouge à Serazereux.

Autour de Gérard Sourisseau, son président, et de Christelle Minard, sa vice-présidente en charge du développement rural, les élus de l'agglo du Pays de Dreux visitent en ce moment des entreprises, artisans ou exploitants exemplaires de leur territoire.

C'est ainsi que le 8 avril, ils se sont retrouvés accompagnés du député Olivier Marleix, à Serazereux sur l'exploitation de Benjamin Challes, Les volailles de la Garenne.

Envie de travailler avec le vivant

Le jeune homme y est installé depuis septembre 2018, à la suite de son père, céréalier. Il s'est lancé de son côté dans la production de volailles de chair Label rouge, avec la ­Coopérative agricole des fermiers de ­l'Orléanais (Cafo).

« C'est une diversification. J'ai eu une expérience dans ce type d'élevage et travailler avec le vivant, ça change », explique-t-il.

Soucieux du bien-être de ses très jeunes poulets, il frappe à la porte avant de pénétrer dans le bâtiment chauffé qui les abrite, suivi par les élus.

L'exploitant a investi dans quatre bâtiments identiques de 400 m2, à même de recevoir 4 400 poulets ou 5 200 pintades, il en fait une bande chaque année. Il a bénéficié d'une petite aide du fonds Feader (20 %) pour deux d'entre eux.

Chacun d'entre eux est flanqué d'un hectare de parc où les animaux peuvent batifoler tout à loisir, dès qu'ils ont atteint l'âge de 40 jours.

Chaque volaille dispose d'un peu plus de deux mètres carrés et l'éleveur a planté des arbres et des haies pour qu'ils puissent profiter de l'ombre. Et il se conforme ainsi au cahier des charges de la Cafo.

Vente directe

Ce qui a plu à Benjamin Challes en intégrant ce groupement de producteurs, c'est que son contrat lui permet de disposer de 20 % de sa production. Il a donc décidé, aidé par son épouse Eva, de se lancer dans la vente directe.

Maintenant, il a hâte que le confinement de ses volailles dû à la pandémie de grippe aviaire se termine, pour que les clients qui viennent dans la boutique qu'il a installée là, puissent voir ses volailles gambader en plein air…

Photo : Le 8 avril, à Serazereux. Les élus de l'agglo du Pays de Dreux, son président Gérard Sourisseau et Christelle Minard (à d.), accompagnés par le député Olivier Marleix (au c.), ont visité l'exploitation de Benjamin Challes (2e à g.).

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité