Aller au contenu principal

Arvalis
Blé tendre, produire des protéines pour tous les débouchés

250 professionnels ont participé au colloque sur le sujet organisé le 13 mai par ARVALIS - Institut du végétal.

© Arvalis - Institut du végétal

La teneur en protéines du blé tendre est un critère qualitatif qui intéresse tous les transformateurs. Sa légère diminution constatée ces dernières années fait débat. Les solutions techniques et les pratiques permettant de relever ces taux sont identifiées et doivent être développées pour mieux satisfaire tous les débouchés.

Un objectif consensuel sur l’importance des protéines formalisé dans l’accord Interprofessionnel

40 à 45 % du blé tendre français est consommé sur le marché intérieur. Parmi les critères recherchés, la régularité de qualité de l’approvisionnement est souvent mise en avant, par exemple par l’industrie de l’amidonnerie. Les fabricants d’aliment pour le bétail apprécient que les blés aient une teneur en protéines plus élevée ce qui leur permet de limiter l’achat d’autres sources protéiques. Les meuniers quant à eux expriment le souhait de voir les teneurs en protéines progresser de 0.5 à 1 point pour bien répondre aux cahiers des charges, notamment ceux des pains tradition qui connaissent un bon développement et satisfont le consommateur. Les clients à l’export expriment globalement les mêmes attentes et rappellent que le blé français doit tenir son rang face à d’autres origines variées et très concurrentielles. Le plan protéines et l’accord interprofessionnel mis en chantier fin 2013 témoignent d’une analyse partagée de ces éléments de contexte, impulsent une dynamique et formalisent l’objectif de mentionner le taux de protéines dans les contrats avec une valeur guide de 11.5 %.

Des solutions et des pratiques opérationnelles à développer

Chaque variété de blé est connue et sa qualité analysée annuellement dans les essais d’ARVALIS ce qui éclaire le choix des acteurs. La teneur en protéines des grains dépend du choix variétal mais aussi de la nutrition azotée de la culture. Les pratiques de fertilisation et l’efficacité des engrais donnent également lieu à des expérimentations et à des publications. Toutefois, la meilleure recommandation consiste à utiliser des outils de pilotage (logiciels, Outils d’Aide à la Décision, …) qui permettent d’ajuster vraiment l’apport en azote des plantes et de le fractionner en tenant compte du milieu (climat, type de sol,…), de l’année et de l’état de la culture sans avoir d’impact négatif sur l’environnement. Le raisonnement et le pilotage précis permettent d’optimiser la quantité d’engrais à apporter que la culture pourra valoriser en fabricant notamment de la protéine, sans risque pour l’environnement. Les enquêtes d’ARVALIS indiquent que 15 à 20 % des parcelles de blé tendre sont conduites de la sorte.

Des perspectives offertes par la recherche

Le rôle d’un institut comme ARVALIS est aussi de trouver de nouvelles voies de progrès. Il semble que l’augmentation des rendements permise par le progrès génétique n’est pas antinomique d’une progression de la teneur en protéines. Des chercheurs étudient les gènes qui seraient impliqués dans la synthèse de ces protéines et les interactions avec le milieu dans un contexte de changement du climat. Plus prospectifs encore, certains travaux explorent la possibilité d’obtenir un blé symbiotique, celui qui, comme les légumineuses, capterait l’azote de l’air pour assurer la synthèse de protéines dans le grain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité