Aller au contenu principal

Boutique-bar : le pari ambitieux de Jean-Baptiste Galloo

Jean-Baptiste Galloo a ouvert en non-stop sa boutique-bar à la ferme, dans les Yvelines. Il y vend des produits fermiers et sert de la petite restauration.

Nichée en plein cœur de la forêt de Rambouillet (Yvelines), la ferme de Jean-Baptiste Galloo ressemble à un petit paradis pour animaux. Vaches, cochon, poules, ânes... tout le monde cohabite en parfaite harmonie.

Demain, ce havre de paix pourrait bien devenir aussi le paradis des consommateurs à la recherche de bons produits fermiers.

Depuis quelques jours, l’agriculteur a ouvert une boutique-bar au sein de son exploitation avec une ambition : donner accès à tous aux meilleures productions franciliennes.

Car sa boutique a de quoi rendre ringarde la vente à la ferme sur un créneau restreint à un ou deux jours par semaine. Jean-Baptiste Galloo a, lui, fait le choix d’embaucher une personne pour ouvrir sa boutique du vendredi au dimanche, de 10h à 18h en non stop. 

« Je n’invente rien, le concept est un peu celui des fermes de Viltain ou de Gally sauf que moi, je suis un petit poucet » sourit Jean-Baptiste Galloo : « Je suis parti du principe que tout le monde doit pouvoir faire ses courses à la ferme y compris durant sa pause déjeuner par exemple. Si le client passe devant et que c’est fermé, il ne reviendra pas ».

Pour se démarquer, l’agriculteur mise aussi sur un espace restauration. « Je propose des assiettes de charcuteries/fromages pour les clients de passage qui souhaitent manger ou pour des groupes de randonneurs... »

Et d’avouer que, derrière ce concept, se cache une autre idée pour valoriser son exploitation : « A terme, je souhaiterais faire un bar à lait et à glace pour valoriser la production laitière de la ferme ».

Dans sa boutique, Jean-Baptiste Galloo a misé sur la diversité des produits, issus tantôt de l’agriculture conventionnelle tantôt du bio : des fruits et légumes, du pain fait à la ferme, des pâtes, du miel, du fromage, des yaourts, des œufs, des confitures, des bières et même du vin, sans oublier les colis de viande de sa ferme et de celle voisine de son exploitation mais aussi des produits transformés (rillettes, boudins...).

« Nous attendons d’ailleurs avec impatience l’atelier de découpe de Rambouillet » confie l’agriculteur qui concède : « Le projet a, en partie, été porté par l’arrivée de cet outil dont je souhaite me servir un maximum ».

Autre élément déclencheur pour la réalisation de la boutique : l’ouverture du Comptoir du carreau des producteurs au Marché de Rungis. « Le Cervia a fait un travail formidable, où toutes les meilleures productions franciliennes sont rassemblées. Je peux y récupérer les produits de mes collègues agriculteurs en une seule fois. Sans cela, mon projet de boutique aurait été plus difficile à concrétiser. »

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité