Aller au contenu principal

Négoces
Cereapro s'adapte pour rester solide en période de crise

La hausse des coûts de l'énergie impacte le monde agricole dans son ensemble. Rencontre avec le président de Cereapro, Pierre-Antoine Foreau, pour comprendre comment s'adapte le négoce en ligne.

Pour le président de Cereapro, Pierre-Antoine Foreau, dans ce contexte il faut rester posé, garder le bon sens paysan.
Pour le président de Cereapro, Pierre-Antoine Foreau, dans ce contexte il faut rester posé, garder le bon sens paysan.
© H.C. - Horizons

Fraîchement auréolée de son Trophée des entreprises, le négoce en ligne Cereapro évolue en ce moment dans un contexte inédit. Le point avec son président, Pierre-Antoine Foreau.

434 000 tonnes de céréales à rouler

« 20 % de notre activité concerne le réapprovisionnement : engrais, phytosanitaires, semences. La hausse du coût de l'énergie va impacter le transport. Plus de 400 000 tonnes de céréales, il faut les rouler. Cela représente 16 000 camions qui partent de nos clients vers les silos, les fabriques d'aliments, les usines. Le coût augmente la facture de 15 %, c'est gommé aujourd'hui par la hausse du prix des céréales qui suit celle du pétrole. Mais attention à l'effet ciseaux », prévient-t-il.

Si pour les céréaliers l'équilibre est maintenu, « la crainte est sur le moyen/long terme, quand on perd tout point de comparaison. La situation actuelle est totalement inconnue. C'est très difficile de se projeter », reconnaît Pierre-Antoine Foreau. Et cette hausse du prix des céréales rend la situation intenable pour les éleveurs…

Anticipation

Autre sujet de préoccupation pour Cereapro, la livraison des produits phytos. « Tout le monde anticipe beaucoup, les exploitants nous demandent même des tarifs pour le printemps, constate-t-il. Cela crée une tension. Et les fournisseurs ne nous donnent pas tous les produits que l'on devrait livrer aux agriculteurs… Il y a déjà une rupture en désherbant ».

« Mais la grosse problématique, ce sont les engrais, ce n'est pas une hausse mais une envolée. 400 euros/tonne, c'était déjà cher, mais à 800-900 euros, c'est difficile d'avoir une stratégie sûre. De plus, certains producteurs ont arrêté leurs usines. On se tourne de l'autre côté de l'Atlantique mais il n'y aura rien avant janvier. Ça commence à être tendu pour les livraisons, s'inquiète-t-il. Pour autant, chez nous, tout le monde aura de l'azote, nous nous sommes couverts pour tout ce qui a été commandé ».

Effet boule de neige

Cependant, pour Pierre-Antoine Foreau : « Il faut rester posé, ne pas se faire peur et projeter le prix d'équilibre avec la hausse des engrais. Le conflit russo-ukrainien pèse fortement sur le contexte à tous les points de vue, céréales, engrais et tout le reste. La campagne, selon les firmes, sera compliquée. L'atmosphère de pénurie engendre un effet boule de neige. La peur alimente la crise et la hausse des tarifs ».

« Notre challenge est d'adapter notre entreprise à ça, souligne le fondateur de Cereapro. Nous avons dû prendre beaucoup de virages et d'adaptations pour satisfaire nos clients. Trouver des alternatives sur des produits pas disponibles ou trop chers. Par exemple, nous n'avons jamais eu autant de demandes d'urée. Cette forme est la plus compétitive, elle a fait ses preuves et est plus disponible ».

Adaptation

Cette tension sur les produits conduit à des bouleversements des habitudes des agriculteurs : « La logistique est plus linéaire. Avant, les livraisons se faisaient de septembre à janvier, désormais il faut être capable de réceptionner à tout moment et être en capacité de payer, donc que les banques suivent… Dans ce contexte, il faut garder le bon sens paysan et la bonne humeur, prendre du recul, s'adapter à la situation. Tout le secteur est tendu, il faut faire attention aux relations humaines ».


Objectif : le demi-million de tonnes collecté

Depuis sa création par la start-up Biagri en 2015, sous le nom de Comparateuragricole, le négoce en ligne fondé par Pierre-Antoine Foreau et Vincent Guilhem a bien évolué. Aujourd'hui, Cereapro se fixe pour objectif de collecter un demi-million de tonnes de grain, compte plus de 4 000 clients agriculteurs et réunit vingt-six collaborateurs dans son siège chartrain.
 

Produits siglés

Au fil de son histoire, l'entreprise s'est attachée à diversifier son offre. Ainsi, la collecte de grain s'est enrichie par des propositions d'approvisionnement en produits phytosanitaires, engrais et semences, comme tous les autres négoces. « Notre gamme est de plus en plus large, souligne Pierre-Antoine Foreau et elle s'enrichit de produits qui portent notre nom (semences, couverts, engrais foliaires) pour mieux répondre aux demandes de nos agriculteurs ».
Une évolution qui justifie son changement de nom au début de cette année : « Nous ne voulions plus de cette image de comparateur, plutôt réductrice. Nous sommes un vrai négoce, capable d'avancer jusqu'à 60 % de trésorerie, avec une belle offre en approvisionnement. Nous sommes à un stade de restructuration, il nous fallait une image plus forte ».
Si Cereapro, adossée depuis 2020 au groupe coopératif Scael, joue aujourd'hui dans la cour des grands, elle n'est plus seule sur son créneau : « La concurrence se réveille, elle nous pousse à être le plus performant possible, à nous de continuer à avoir un pas d'avance. Si je crois beaucoup au digital, je crois aussi beaucoup aux relations humaines. Notre priorité, c'est le client ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité