Aller au contenu principal

Viticulture
Chambord renoue avec son passé viticole

Lundi 4 juillet avait lieu l’inauguration du chai de Chambord après la plantation des vignes en 2015. La marque a présenté le chai finalisé en présence de nombreux élus.

À la Ferme de l’Ormetrou, en face du château, avait lieu l’inauguration du chai de Chambord lundi 4 juillet en présence de divers élus, dont le maire de la ville, ainsi que le député Roger Chudeau, nouvellement élu dans la circonscription de Chambord. Cette inauguration avait pour but, dans la continuité de la plantation des vignes en 2015, de montrer le lien qu’entretient Chambord avec l’agriculture. La marque souhaite renouer avec son passé viticole. Selon certains cadastres de l’époque de ­François Ier, le paysage autour du château comprenait des vignes. Les 14 hectares de vignes plantées sur le domaine sont éco-responsables.

Une rénovation éco-responsable

Le chai est donc l’aboutissement d’un projet qui a vu le jour en 2015. La construction du chai a été orchestrée par l’architecte ­Guillaume Trouvé, qui a pu présenter devant un parterre de curieux l’architecture de ce nouveau chai. « Ce chai est à l’image de Chambord, c’est-à-dire un monument historique et éco-responsable, il n’y a pas eu de création de bâtiment mais plutôt une rénovation d’un bâtiment ancien déjà existant dans une démarche de conservation du patrimoine », détaille Jean d’Haussonville, directeur général du Domaine de Chambord.

Cet ancien hangar initialement en ossature métallique a été agrandi et couvert de bois avec deux travées supplémentaires ajoutées. Les travaux ont duré plus de quatre mois. Bien que le chai soit terminé, les gîtes à côté, qui permettront aux touristes de profiter d’un cadre royal, ne seront terminés pour leur part qu’en fin d’année. « Je tiens à remercier notre principal mécène, Groupama Paris-Val de Loire, qui nous a fait don de 200 000 euros pour la mise en œuvre de ce projet », souligne le directeur général du Domaine de Chambord. De son côté, Daniel Collay, président de Groupama Paris-Val de Loire, a pris la parole pour évoquer « l’importance de soutenir un projet comme celui-ci, de conservation du patrimoine, et d’accompagner la viticulture du territoire ».

Un vignoble bio

Quatorze cuves composent le chai de Chambord. Dix cuves de 100 hectolitres, deux cuves de 80 hl et deux cuves de 50 hl. Les barriques qui conservent le vin sont toutes en chêne de Chambord, toujours dans un intérêt de mise en valeur du patrimoine. 90 000 bouteilles sont produites annuellement avec l’ambition pour les vignes de Chambord « de devenir ambassadrices des vins de Loire et permettre aux vins de Loire d’augmenter leur réputation », détaille Jean d’Haussonville.

Les vignes plantées sont essentiellement d'anciens cépages avec 4 hectares de romorantin issu de pieds préphylloxériques, 2 hectares d’orbois, 4 hectares de pinot noir, 1 hectare de gamay et 3 hectares de sauvignon. La vendange se fait manuellement par des bénévoles et les vignes sont produites en agriculture biologique. Un peu moins de 700 pieds de vignes ont été adoptés par des mécènes au prix de 1 000 euros le pied.

Après la traditionnelle coupe de ruban tricolore et la visite du chai, les invités ont profité d’une dégustation des différents vins de Chambord, du rouge en passant par le blanc sous un soleil royal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité