Aller au contenu principal

Comice : beaucoup de monde est venu voir l’élevage eurélien à La Loupe

L’édition 2015 du comice agricole du Perche et du Dunois s’est déroulée du 12 au 14 juin dans le cadre magnifique du château de La Loupe. Et le public est venu en nombre à la rencontre de l’élevage départemental.

De l’avis général à la fin de la dernière journée du comice agricole du Perche et du Dunois, qui s’est déroulé du 12 au 14 juin dans le parc du château de La Loupe, celui-ci a été une franche réussite.

Comme l’avaient été d’ailleurs précédemment ceux de Brou, Châteaudun ou La Ferté-Vidame. Quand le cadre est agréable, quand la météo est de la partie et quand le canton concerné s’implique aux côtés des organisateurs, la grande fête de l’élevage eurélien attire toujours beaucoup de monde.

Quant à la rencontre entre le monde rural et celui des hackers participant à l’hackathon e-agriculture, elle s’est révélée riche tant pour les uns que pour les autres.

Et de fait, lors de la traditionnelle promenade dominicale des officiels, tout le monde avait le sourire. Partie de la zone consacrée au machinisme agricole, la cohorte s’est attardée d’abord auprès des éleveurs de chevaux — Percherons et Cobs normands — pour remettre quelques plaques aux plus méritants.

Puis tout le monde s’est rendu auprès des éleveurs ovins venus avec une douzaine de races présentes en Eure-et-Loir et parfois menacées, comme la Solognote, pourtant une redoutable débroussailleuse. L’éleveur Christophe Avisse, entre deux séances de tonte, a fait la démonstration de son robot qui permet de peser et trier les lots d’animaux en un temps record...

Après avoir rencontré les éleveurs de bovins allaitants, les officiels sont passés auprès des stands des institutionnels et autres syndicats agricoles. L’occasion pour Jean-Michel Gouache, le président de la FDSEA, d’interpeller les élus sur la gestion « calamiteuse » de la Pac, de prévenir du blocage de l’abattoir de Cherré (Sarthe) deux jours plus tard, ou encore de dénoncer la pression de la société sur certains élevages, comme dans l’affaire Trécul ou celle qui touche un éleveur du Bonnevalais pour une histoire de mouches....

La visite inaugurale est enfin arrivée dans le carré des éleveurs laitiers, dressé autour de cinq majestueux tilleuls au pied du château. Bien sûr, Fillette, la grande championne normande du Gaec Tessier, en était la vedette.

Et c’est donc sous son doux regard que les éleveurs euréliens, Bernard Bigeault et François Guéret en tête, se sont exprimés : « Ça fait vingt ans que l’on répète la même chose et on ne nous entend pas. Il faut prendre soin des éleveurs du département ! Et arrêter de nous persécuter, nous ne sommes pas des pollueurs ! »

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité