Aller au contenu principal

Comment optimiser son bâtiment non exploité ?

Lors de l'assemblée générale du GDA Varennes-Lorris, Etienne Lalique, responsable Loiret Gîtes de France, a donné quelques pistes de diversifications aux agriculteurs.

© Sabrina Beaudoin

Gîtes de France est un réseau de propriétaires proche du milieu agricole, 30 % des propriétaires sont des agriculteurs. En France, cela représente 60 000 hébergements, dont 330 dans le Loiret, avec une moyenne de location de dix-neuf semaines à l'année. « Nous nous mettons en relation avec les agriculteurs pour leur proposer une diversification. Certains ont des bâtiments non exploités. Nous avons une forte demande de création de gîtes », explique Etienne Lalique, responsable Loiret Gîtes de France. Les gîtes peuvent accueillir des touristes ou des professionnels en déplacement. « En basse saison, loger les professionnels en déplacement permet de remplir les gîtes toute l'année », indique-t-il.

Gîtes de France, label qualité
Gîtes de France, c'est un label de qualité. En obtenant ce label, le propriétaire est entouré.Tous les outils nécessaires à la commercialisation de la location sont fournis. Les équipes départementales proposent un accompagnement personnalisé à la création. Chaque propriétaire est accompagné dans la détermination de ses tarifs de location en fonction de son secteur. « Nous vous aidons à cibler votre offre pour dégager le meilleur potentiel de rentabilité de votre logement », précise Etienne Lalique.
« Les gîtes qui fonctionnent sont les logements de trois chambres assez modernes, fonctionnels et pratiques, notamment pour des professionnels. En bord de Loire, pour accueillir les touristes, il faut être plus soigné et distingué », souligne le responsable Loiret, précisant aussi qu'un logement sans accès à Internet est un vrai handicap.

Subventions
Si un agriculteur veut remettre en état un bâtiment pour le transformer en gîte, il peut prétendre à une subvention régionale à hauteur de 20 % du coût de la rénovation.
Ce type de diversification prend du temps. « Si vous faites une location du samedi au samedi vous avez une journée de travail pour le ménage, l'accueil du client (départ/arrivée). Pour ceux qui choisissent des locations courtes, il faudra compter plus de temps », assure-t-il.
Tout dépendra de la stratégie choisie, les propriétaires pouvant opter pour la formule qui leur convient.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité