Aller au contenu principal

Compensation agricole collective : faites connaître vos projets

Depuis 2016, un décret oblige les aménageurs à réaliser une étude préalable mesurant l’impact de la perte de foncier agricole sur les acteurs amont et aval des filières.

© L.G.-D. - Horizons / illustration

La compensation collective agricole résulte de la mise en application au niveau régional d’un décret datant de 2016. Elle est obligatoire pour tout projet d’aménagement ayant une emprise supérieure à un hectare. Elle prévoit, en plus des indemnités individuelles dont bénéficient les agriculteurs directement concernés par le projet d’aménagement, de compenser l’impact de la disparition des surfaces agricoles sur les filières agricoles amont et aval. Pour cela, une enveloppe financière proportionnelle à la surface urbanisée doit permettre de financer des projets collectifs portés par des acteurs des filières approvisionnant ou valorisant les productions agricoles du territoire (agrofourniture, coopératives, outils de première transformation, etc.). Ces fonds peuvent également financer des projets agricoles collectifs portés par au moins deux exploitations.

Le cadre régional approuvé par le préfet de région indique la nature des projets éligibles à ce dispositif. Ils sont de nature multiple : études, appui technique ou juridique permettant la consolidation ou la diversification du revenu agricole, développement des énergies renouvelables, aide au maintien ou à l’installation d’équipements structurants mutualisés (silos, outils de transformation, irrigation, etc.), développement de circuits courts, liens entre le projet d’aménagement et l’agriculture locale et investissements répondant à des problématiques locales ayant un impact négatif ou limitant sur la production ou le bon fonctionnement des exploitations.

À titre d’exemple sur le volet transformation, chanvrières, outil de découpe et transformation de viande, fromagerie, distillerie de plantes aromatiques ont été financés partiellement dans le cadre de ce dispositif. Les fonds de compensation doivent en revanche être considérés comme un coup de pouce au projet et non comme un élément de financement principal, pour la robustesse du projet d’une part mais également du fait de délais de versement qui peuvent être longs (jusqu’à plusieurs années).

La chambre d’Agriculture de région Île-de-France intervient régulièrement auprès d’aménageurs pour identifier des projets candidats sur le territoire régional : « Dans ce cadre, nous vous invitons à nous faire part de tout projet collectif en cours ou en émergence qui pourrait répondre aux critères de la compensation agricole collective. D’autant que de nombreux projets d’aménagement vont donner lieu à des fonds de compensation dans les prochaines années ».

+ d'infos :

Pour communiquer les informations de votre projet à la chambre d’Agriculture, contactez le service économie-filières : Simon ­Benzoni, chargé d’études, à ­simon.­benzoni@­idf.­chambagri.fr ou au 01.64.79.30.13.

Lire aussi l'interview de Samuel Vandaele : « Redynamiser la démarche carbone, structurer les relations et fédérer les productions »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité