Aller au contenu principal

Interview
Samuel Vandaele : « Redynamiser la démarche carbone, structurer les relations et fédérer les productions »

Président de la SAS France Carbon Agri Association nationale depuis le 7 septembre, Samuel Vandaele répond aux questions d’Horizons.

© L.G.-D. - Horizons

Horizons : France Carbon Agri Association (FCAA) a été transformée en SAS. Expliquez-nous ce que représente cette entité ?

Samuel Vandaele : Une structure commerciale a été créée avec onze actionnaires (FNSEA(1), JA(2), chambres d’Agriculture France, Fop(3), AGPM(4), AGPB(5), CGB(6), FNPL(7), Fnec(8), FNO(9) et FNB(10)). Elle fait suite à l’association du même nom mise en place en 2019 par les JA et les quatre associations animales précitées. De nouvelles structures nous ont rejoints comme les associations spécialisées grandes cultures, ces dernières ayant intégré le Label bas-carbone.

Pourquoi avoir opté pour une société commerciale ?

Elle permet de professionnaliser la méthode. En effet, avec l’équipe de la SAS FCAA, nous portons le projet de redynamiser la démarche carbone au niveau national, de structurer les relations entre les acteurs, de fédérer l’ensemble des productions et de répondre au contexte actuel en matière de gestion énergétique. La SAS fera le lien avec les acheteurs, la méthodologie nationale et des missions de coordination avec les associations régionales.

Cette démarche nécessite un travail sur le carbone mais également sur les co-bénéfices, c’est-à-dire les bénéfices complémentaires à la tonne de CO2 (biodiversité, bien-être animal, vie du sol, filière) qui permettent d’amener une valeur complémentaire.

Le prix de vente unitaire du crédit carbone (ou de la tonne de carbone) sera d'au minimum 40 euros, 80 % de la somme revenant aux agriculteurs (soit 32 euros/tonne au minimum).

Quid des associations régionales ?

Celles-ci seront l’interface entre les agriculteurs et la SAS France Carbon Agri. Elles recenseront les agriculteurs et mèneront les plans d’action. Chaque association régionale doit être capable de faire de l’opérationnel ou de se faire accompagner. En Île-de-France, l’association est en cours de concrétisation. Elle sera appuyée par la chambre d’Agriculture.

Quel bilan tirez-vous des deux premiers appels à projets ?

Les deux premiers appels à projets ont exclusivement concerné la partie élevage. 1 232 éleveurs ont répondu pour un total de 700 000 tonnes de carbone.

Un troisième appel à projets a été annoncé lors du Space. Qui concerne-t-il ?

Ce troisième appel à projets, qui sera lancé dès les premiers jours d’octobre pour une durée de trois mois, sera ouvert à la méthodologie des grandes cultures, de l’élevage et des haies, trois méthodes reconnues et validées par l’État. C’est la première fois qu’un appel à projets intègre les grandes cultures. Les éleveurs qui ont déjà répondu à un appel à projets précédent peuvent y répondre sur la partie culture. C’est complémentaire.

Le troisième volet est sans limite, ni plafond. Le travail se fera par paliers de mille agriculteurs pour le dépôt des labellisations auprès du ministère de Transition écologique, afin d’amortir le coût de la labellisation grâce au volume. Beaucoup d’exploitations agricoles ont déjà réalisé leur diagnostic carbone dans le cadre du Plan de relance. Ceux qui entrent dans la démarche peuvent également y répondre en réalisant une manifestation d’intérêt.

Qu’en est-il des autres productions ?

D’autres productions sont en attente de validation ou d’indicateurs comme l’arboriculture ou l’élevage porcin. Au fur et à mesure qu’elles seront validées, elles intégreront les méthodologies bas-carbone.

 

(1)Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, (2)­Jeunes agriculteurs, (3)Fédération des producteurs d’oléoprotéagineux, (4)­Association générale des producteurs de maïs, ­(5)­Association générale des producteurs de blé et autres céréales, (6)­Confédération générale des planteurs de betteraves, (7)Fédération nationale des producteurs de lait, (8)­Fédération nationale des éleveurs de chèvres, (9)Fédération nationale ovine, (10)­Fédération nationale bovine.


 

Voir aussi Compensation agricole collective : faites connaître vos projets

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
S'abonner
Pour profiter de l'intégralité du contenu de notre site Internet, recevoir votre journal papier dans votre boîte aux lettres…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Le 23 mai, à Digny. La Chambre et Terres Inovia, Dominique Delaunay (à d.) et julien Charbonnaud (de dos), ont fait le tour de l'actualité autour du colza et présenté quarante-six variétés.
Colza : l'actualité et quarante-six variétés alignées à Digny
La chambre d'Agriculture, en partenariat avec Terres Inovia, a proposé le 23 mai chez Alexis Bouchard à Digny, une visite de…
Publicité