Aller au contenu principal

Édito
Convention collective nationale : « employeurs, n’oubliez pas de vous mettre en conformité »

Carole Cuypers, présidente de la commission emploi et formation de la FDSEA 77, fait le point sur la convention collective nationale, qui entre en application ce 1er avril.

« Comme vous le savez certainement maintenant, la convention collective nationale de la production agricole et des Cuma entrera en application la 1er avril.

L’aboutissement de ce long chantier de négociation à l’échelle nationale s’accompagne de quelques obligations de mise en conformité pour les employeurs de main-d’œuvre.

Cette nouvelle convention comprend notamment un tout nouveau système de classification des emplois. Ce qui va requérir votre attention dans les jours à venir, c’est de placer tous les postes de vos salariés dans cette nouvelle classification – même ceux des salariés déjà présent.

En effet, vous devrez avoir reclassé ces emplois avant la paie d’avril (celle que vous faites donc début mai). Puis vous notifierez cette nouvelle classification à votre salarié avec les conséquences qui peuvent en découler pour son emploi.

À la moindre difficulté, n’hésitez pas à vous rapprocher des organismes qui vous accompagnent en temps normal pour les questions de droit du travail et de gestion des ressources humaines.

Si ceux-ci peuvent vous assister à l’occasion de votre mise en conformité, il ne pourront cependant pas se substituer à vous et à vos connaissances des postes pour procéder à cet exercice.

Même si cela est tentant, il ne faut pas prendre cette convention collective nationale comme une contrainte. Il s’agit d’un outil de valorisation des emplois et de ressources humaines qui vous permettra de vous pencher à nouveau sur les réalités des emplois de votre entreprise.

Vous pourrez utiliser le site convention-agricole.fr qui vous permettra de vous poser les bonnes questions pour arriver à la classification adéquate pour chacun des emplois de votre entreprise.

N’oubliez jamais cependant que ce sont bien les emplois que vous reclassez et non les personnalités de vos salariés.

Par ailleurs, je ne peux que trop vous encourager à suivre une des nombreuses actions de formation dispensées en ce moment sur le sujet.

Notez bien que cette convention ne marque pas la disparition de nos conventions collectives locales, qui continueront d’exister sous la forme d’accords autonomes. Les règles prévues dans ces derniers continueront à s’appliquer, conjointement à ceux de la convention collective nationale.

Le dialogue social au sein de notre échelon local a encore un bel avenir ».

Cette vidéo proposée par We love agri permet d'en savoir plus sur la classification des emplois

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
Un excellent bilan pour FarmViz après un an d'activité
La société FarmViz est spécialisée dans la gestion de la ventilation du stockage des grains. Un an après le début de ses…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Publicité