Aller au contenu principal

Corvidé
Corbeaux freux : les agriculteurs appellent à l’aide

Depuis plusieurs années, de nombreux agriculteurs loirétains constatent une prolifération de corbeaux freux sur leurs parcelles et déplorent le manque à gagner occasionné.

Marc Blondeau et Rémi Dumery sont tous les deux agriculteurs à Ormes. Ils cultivent du blé, du maïs, du colza, de l’orge et des betteraves sur respectivement 140 et 165 hectares. Les deux hommes sont confrontés à des dégâts de corvidés. Ils cherchent désespérément des solutions mais pour eux, la situation est insoluble.

L’année dernière, comme de nombreux agriculteurs, Rémi Dumery a subi de plein fouet l’attaque des pucerons sur ses betteraves. De son côté, Marc Blondeau a vu son blé détruit par le gel. Et comme si le sort s’acharnait, ils doivent aujourd’hui faire face à la prolifération des corbeaux freux qui détruisent leurs récoltes.

« Il y a trois ans, j’utilisais un répulsif pour les graines de maïs, explique Rémi Dumery. Ce répulsif empêchait les corbeaux de venir les manger. À l’heure actuelle, nous n’avons plus le droit d’utiliser ce produit. Avant cet arrêté, je n’avais jamais connu de dégâts de corbeaux au cours de ma carrière. En 2018, sur mes 17 hectares de maïs, 4 hectares avaient été semés avec un nouveau traitement de semences sans répulsif afin d'anticiper l'interdiction du répulsif en 2019 ».

Malheureusement, ce traitement de semences avec oligoélément n’a pas été des plus concluants. « Les oiseaux ont été capables de détecter les 4 hectares, au rang près, alors qu’ils étaient situés au milieu d’une parcelle », déplore-t-il.

Comme pour l’arrêt des néonicotinoïdes sur les betteraves, l’arrêt de répulsif pose un énorme problème en termes de dégâts de corvidés. « On supprime une solution sans nous trouver d’alternative : nous sommes dans une impasse, souligne Marc Blondeau. Puisque nous sommes près d’une métropole et d’une autoroute, il n’y a pas de zones de chasse à proximité. Les oiseaux prolifèrent et viennent se nourrir ».

D’autant que le corbeau n’est pas une espèce particulièrement attrayante pour un chasseur. En ce début du mois de mai, Marc Blondeau a perdu 7 hectares de maïs et passe quarante fois par jour surveiller ses semences. Les deux agriculteurs précisent qu’ils ont tous les deux installé des corbeautières sur leurs parcelles mais que cette pratique se révèle inefficace.

Dernier recours, la Direction départementale des territoires (DDT) peut délivrer une autorisation de tir au fusil de chasse afin de lutter contre les dégâts de certaines espèces animales. Cette autorisation est cependant soumise à certaines conditions, notamment celle de tirer depuis un poste fixe.

« Nous ne pouvons pas passer notre temps à chasser les corbeaux, c’est trop chronophage. Aujourd’hui, seules des solutions inappropriées nous sont proposées. C’est insoluble », s’inquiètent les deux agriculteurs qui demandent à être entendus.

Corbeaux
Les deux agriculteurs utilisent des ­corbeautières pour essayer de minimiser la prolifération de corbeaux sur leurs terres.

+ d'infos

Pour connaître les modalités de destruction à tir des espèces classées susceptibles d'occasionner des dégâts dans le Loiret, rendez-vous sur le site de la DDT : https://urlz.fr/fxyc.

Les plus lus

Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Vincent Michelet montre la graine au stade «	germée 2 cm	» dont raffolent les corbeaux.
Appel aux agriculteurs pour réclamer une indemnisation des dégâts de corvidés
En juin, de nombreux agriculteurs constatent, comme à l'accoutumée, que les corbeaux et autres corvidés ont fait des semis leurs…
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Le 13 juin, à Châteaudun. L'irrigation est un sujet important mais les animaux sont indispensables à la réussite de Plus belle la campagne.
Plus belle la campagne apporte l'irrigation à Châteaudun
Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a organisé son opération Plus belle la campagne le 13 juin à Châteaudun, autour du thème de l'…
Damien Chardon, exploitant agricole à Chevrainvilliers.
Les Fruits rouges de mon jardin et ses légumes
Depuis plus de vingt ans, Damien Chardon, exploitant agricole à Chevrainvilliers, s’est diversifié dans la production de fruits…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité