Aller au contenu principal

Corvidé
Corbeaux freux : les agriculteurs appellent à l’aide

Depuis plusieurs années, de nombreux agriculteurs loirétains constatent une prolifération de corbeaux freux sur leurs parcelles et déplorent le manque à gagner occasionné.

Marc Blondeau et Rémi Dumery sont tous les deux agriculteurs à Ormes. Ils cultivent du blé, du maïs, du colza, de l’orge et des betteraves sur respectivement 140 et 165 hectares. Les deux hommes sont confrontés à des dégâts de corvidés. Ils cherchent désespérément des solutions mais pour eux, la situation est insoluble.

L’année dernière, comme de nombreux agriculteurs, Rémi Dumery a subi de plein fouet l’attaque des pucerons sur ses betteraves. De son côté, Marc Blondeau a vu son blé détruit par le gel. Et comme si le sort s’acharnait, ils doivent aujourd’hui faire face à la prolifération des corbeaux freux qui détruisent leurs récoltes.

« Il y a trois ans, j’utilisais un répulsif pour les graines de maïs, explique Rémi Dumery. Ce répulsif empêchait les corbeaux de venir les manger. À l’heure actuelle, nous n’avons plus le droit d’utiliser ce produit. Avant cet arrêté, je n’avais jamais connu de dégâts de corbeaux au cours de ma carrière. En 2018, sur mes 17 hectares de maïs, 4 hectares avaient été semés avec un nouveau traitement de semences sans répulsif afin d'anticiper l'interdiction du répulsif en 2019 ».

Malheureusement, ce traitement de semences avec oligoélément n’a pas été des plus concluants. « Les oiseaux ont été capables de détecter les 4 hectares, au rang près, alors qu’ils étaient situés au milieu d’une parcelle », déplore-t-il.

Comme pour l’arrêt des néonicotinoïdes sur les betteraves, l’arrêt de répulsif pose un énorme problème en termes de dégâts de corvidés. « On supprime une solution sans nous trouver d’alternative : nous sommes dans une impasse, souligne Marc Blondeau. Puisque nous sommes près d’une métropole et d’une autoroute, il n’y a pas de zones de chasse à proximité. Les oiseaux prolifèrent et viennent se nourrir ».

D’autant que le corbeau n’est pas une espèce particulièrement attrayante pour un chasseur. En ce début du mois de mai, Marc Blondeau a perdu 7 hectares de maïs et passe quarante fois par jour surveiller ses semences. Les deux agriculteurs précisent qu’ils ont tous les deux installé des corbeautières sur leurs parcelles mais que cette pratique se révèle inefficace.

Dernier recours, la Direction départementale des territoires (DDT) peut délivrer une autorisation de tir au fusil de chasse afin de lutter contre les dégâts de certaines espèces animales. Cette autorisation est cependant soumise à certaines conditions, notamment celle de tirer depuis un poste fixe.

« Nous ne pouvons pas passer notre temps à chasser les corbeaux, c’est trop chronophage. Aujourd’hui, seules des solutions inappropriées nous sont proposées. C’est insoluble », s’inquiètent les deux agriculteurs qui demandent à être entendus.

Corbeaux
Les deux agriculteurs utilisent des ­corbeautières pour essayer de minimiser la prolifération de corbeaux sur leurs terres.

+ d'infos

 

Pour connaître les modalités de destruction à tir des espèces classées susceptibles d'occasionner des dégâts dans le Loiret, rendez-vous sur le site de la DDT : https://urlz.fr/fxyc.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité