Aller au contenu principal

De l'orge pour une bière à faible émission de carbone

Nicolas Galpin, exploitant à Auvernaux (Essonne), a adopté depuis longtemps une démarche bas-carbone. Il fait aujourd'hui partie d'une filière « malt bas-carbone ».

Nicolas Galpin a adopté depuis longtemps une démarche bas-carbone.
Nicolas Galpin a adopté depuis longtemps une démarche bas-carbone.
© C.A./Horizons

Il est toujours en train d'expérimenter, d'innover, de tester des améliorations : chez Nicolas Galpin, il n'est pas question de s'arrêter une minute de réfléchir à comment faire mieux. Lorsqu'il s'installe, en 2002, il adopte une pratique de non-labour pour ses betteraves. À l'époque, ce n'est pas courant. En 2008, il découvre le travail de Frédéric Thomas, fondateur de la revue TCS, référence en matière d'agriculture de conservation des sols. « Il m'a ouvert les yeux sur l'intérêt des couverts et le recyclage des éléments nutritifs. » En 2008, il participe à la création d'une Cuma qui fait l'acquisition d'un semoir spécifique, puis d'un strip-till en 2014. Là encore, c'est assez précurseur.

À partir de 2008, il bascule toute la fertilisation minérale (sauf l'azote) vers des apports de composts de déchets verts. Aujourd'hui, il utilise une fertilisation liquide grâce au strip-till, puis solide avec le semoir, le tout en localisé. Il met aussi en place des couverts végétaux (féverole, tournesol, moutarde, phacélie, trèfle d'Alexandrie, radis fourrager).

Tous ces efforts permettent de diminuer l'usage des engrais minéraux. En 2020-2021, la coopérative Axéréal le contacte pour savoir s'il veut rentrer dans une démarche bas-carbone. « À l'époque, j'étais un peu dubitatif, mais cela me permettait d'avoir un diagnostic payé pendant trois ans : j'ai dit oui », se remémore-t-il. Pour la récolte 2022, il est reconnu « séquestreur » de carbone à hauteur de 140 tonnes équivalent CO2, puis de 100 tonnes équivalent CO2 l'année suivante. « C'est une satisfaction personnelle, car cela met en évidence des efforts d'une quinzaine d'années, commente-t-il. Et cela me donne des arguments lorsque j'interviens dans des associations locales écologistes, par exemple ».

En 2023, Axéréal lui propose de rentrer dans une filière « malt bas-carbone », pour un contrat de trois ans portant sur 180 tonnes d'orge. « Cela me permet de valoriser ma tonne 25 euros supplémentaires », note-t-il. Boortmalt, la filiale de malterie d'Axéréal, est l’un des leaders mondiaux et semble se tourner de plus en plus vers une orge brassicole bas-carbone. De quoi envisager l'avenir avec un peu plus de sérénité, malgré un contexte général difficile.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité