Aller au contenu principal

Lait
De salariée à jeune installée hors cadre familial

Avoir été salariée d’élevage pendant plusieurs années est un bon moyen d’acquérir de l’expérience avant de s’installer hors cadre familial. Justine Champion témoigne de son parcours qui s’est concrétisé par une installation il y a tout juste un an.

Quand on arrive dans la cour de cette ferme juchée entre deux collines du Perche d’Eure-et-Loir, difficile d’imaginer qu’une seule et même ferme a permis deux installations lors du départ en retraite du cédant. Et pourtant, la Ferme du Boulay, à Béthonvilliers, où étaient autrefois élevées des vaches allaitantes, accueille aujourd’hui un élevage ovin mais aussi un élevage caprin

Ce dernier a été entièrement créé par Justine Champion, jeune éleveuse non issue du milieu agricole mais dont la passion pour l’agriculture ne date pas d’hier. « J’ai toujours eu l’idée de m’installer, confie-t-elle. Même si je ne suis pas fille d’agriculteurs, je crois que j’avais ça dans le sang. Je me suis donc naturellement orientée vers un bac Stav* puis un BTSA Acse**. J’ai ensuite travaillé en tant que salariée dans différentes exploitations agricoles, ce qui m’a permis de découvrir différents types d’élevage, de pratiques ».

40 chèvres minimum pour s’installer

En passant neuf années aux côtés de son cédant comme salariée à temps partiel, Justine s’est familiarisée à l’élevage de vaches allaitantes mais a fait le choix d’élever des chèvres laitières, avec un atelier de transformation et de vente directe, en tant qu’agricultrice. « Ça me semblait plus accessible d’un point de vue physique », estime la jeune femme.

Au niveau technico-économique, il lui a été conseillé d’élever au minimum 40 chèvres. C’est donc sur ce seuil que s’est basée Justine Champion pour fixer la taille de son cheptel, qu’elle a constitué en achetant 40 chevrettes de race alpine dans le Maine-et-Loire en 2022. Pour les accueillir, il lui a fallu aménager le bâtiment en bardage bois transmis par son cédant, avec une aire paillée et une salle de traite, un espace pour le stockage de la paille, et un laboratoire pour la transformation du lait et la vente des fromages et des yaourts. « Nous avons tout aménagé nous-mêmes », expliquent Justine et son conjoint Cédric. Ce dernier s’est d’ailleurs lui aussi installé la même année, sur une ferme céréalière située à proximité immédiate de l’élevage de la jeune exploitante. Une entraide de couple s’est donc rapidement mise en place. Si la jeune femme n’hésite pas à venir prêter main-forte pour labourer les terres, Cédric est de son côté présent pour effectuer la monotraite pendant que Justine vend ses produits sur les marchés du coin. La jeune installée propose une large gamme de fromages, avec des bûches, des crottins, mais aussi le fameux Trèfle du Perche, ainsi que des faisselles et des yaourts nature et aromatisés.

Concilier vie professionnelle et vie privée

L’entraide ne s’arrête pas aux deux conjoints. Elle traverse également la cour de la ferme, avec une solidarité qui s’opère entre voisins. « Parfois, avec l’autre jeune agriculteur qui habite la maison d’habitation, il nous arrive de mutualiser certaines démarches, comme les échographies », apprécie Justine Champion. N’habitant pas sur place, la jeune femme, qui est aussi maman de deux garçons de 2 et 5 ans, doit faire preuve d’adaptation pour concilier vie professionnelle et vie privée. Elle envisage ainsi de mettre en place un système de vidéosurveillance pour les mises bas des chèvres. Enfin, elle n’a pas hésité à aménager un espace cosy au sein même de son laboratoire pour que ses enfants puissent se reposer quand elle est présente sur son lieu de travail — même si les deux petits garçons s'en donnent à cœur joie en jouant les apprentis éleveurs aux côtés de leur mère.

Si la jeune femme avec ses Pampilles du Perche estime consacrer près de 90 % de son temps de travail à la transformation et à la vente, elle aimerait développer davantage la vente auprès de la restauration collective. Elle approvisionne déjà le collège de Brou (Eure-et-Loir).


*Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant. **Brevet de technicien ­supérieur agricole Analyse, conduite et ­stratégie de l'entreprise agricole.

Cet article fait partie d'un dossier Élevage laitier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité