Aller au contenu principal

Cap protéines
Des fourragères estivales pour renforcer son stock

Les dérobées estivales renforcent l’offre fourragère de l’élevage. Semées en fin de printemps ou au début d’été, ces cultures opportunistes à caler entre deux cultures ont besoin d’un minimum d’eau pour démarrer.

Semés entre mai et juillet, les sorghos fourragers multicoupes continuent de pousser par fortes chaleurs.
Semés entre mai et juillet, les sorghos fourragers multicoupes continuent de pousser par fortes chaleurs.
© D. Hardy

Les dérobées fourragères estivales sont des cultures de courte durée, placées entre deux cultures, généralement pendant trois mois entre juin et octobre. « Cela peut être des graminées comme du sorgho multicoupe, du millet ou du moha, des légumineuses comme de la vesce ou du trèfle, ou des crucifères comme le chou, la navette ou le colza, liste Élodie Morand, ingénieure fourragère à la station Arvalis de La Jaillière (Loire-Atlantique). Ces cultures opportunistes intensifient la production fourragère et augmentent le stock fourrager des élevages ».

Les mélanges graminées-légumineuses présentent souvent de meilleurs rendements que des espèces implantées seules. Les légumineuses apportent des protéines alors que les crucifères exploitées avant floraison offrent un bon équilibre entre énergie et protéines. Les graminées telles que le moha ou le sorgho fourrager sont adaptées à des semis de début d’été.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité