Aller au contenu principal

Cap protéines
Des outils pour évaluer son autonomie protéique

Les logiciels Autosysel et Devautop permettent d’évaluer l’autonomie protéique d’un élevage. Ces outils pour l’éleveur et son conseiller permettent de poser les premières réflexions avant de relocaliser son alimentation animale.

L’autonomie protéique des élevages de ruminants varie selon les systèmes. Elle est en moyenne de 86 % en bovins viande, de 83 % en ovins viande, de 70 % en bovins lait, de 68 % en ovins lait et de 47  % en caprins. Deux logiciels permettent d’estimer l’autonomie de son élevage : Autosysel et Devautop.

Autosysel est une plateforme en ligne (idele.fr/autosysel) dédiée à l’autonomie des systèmes d’élevage. Un outil de calcul très simple permet d’estimer son autonomie massique globale, fourragère et en concentrés. En fonction de son résultat, de ses pratiques et de ses attentes, Autosysel propose alors une série de fiches-conseils pour mieux valoriser l'herbe, produire plus de ressources fourragères et protéiques ou adapter la conduite du troupeau.

Des indicateurs marquants sur l’origine de la matière azotée 

Devautop – pour développement de l’autonomie protéique – est un logiciel pour aider les conseillers à discuter avec l’éleveur de l’autonomie protéique. « Plus complet qu’Autosysel, Devautop reste simple à prendre en main, explique Lila Benadda de l’Institut de l’élevage. Le logiciel demande entre 20 et 45 minutes pour rentrer les données ». L’outil, qui fonctionne pour les élevages bovins, ovins, caprins, porcins ou volailles, calcule ensuite le niveau d’autonomie protéique par atelier en pourcentage des quantités consommées ou par unité produite : litre de lait ou kilogramme de viande. Des échelles colorées permettent de situer son élevage par rapport à des référentiels établis pour des systèmes comparables. « Les repères seront différents entre un éleveur herbager de montagne et un éleveur de plaine avec des grandes cultures ». Le coût de la matière azotée achetée est mis en évidence. De même que la distance d’approvisionnement de la MAT achetée qui est représentée par un tracteur (exploitation et voisinage), un camion (France) ou un cargo (importation). « Ce sont des indicateurs marquants qui permettent de se situer et d’amorcer une discussion sur la possible relocalisation de son alimentation animale ». Le logiciel de conseil, issu du projet « SOS Protein » porté par Vegepolys Valley, est en cours de finalisation sous forme d’une application web dans le cadre de Cap Protéines. En phase de test, Devautop a été déployé sur 330 élevages de ruminants sur toute la France. 

+ d’infos

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Lundi 24 octobre, à Chartres. Pour la plateforme Sur le champ	! co-­présidée par Éric Thirouin et Éric Brault, l'enjeu est de gagner le marché de la ­restauration collective.
Sur le champ ! en manque de restauration collective
La SCIC* qui gère la plateforme Sur le champ ! a organisé, le 24 octobre à Chartres, son assemblée générale annuelle, suivie d'…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Publicité