Aller au contenu principal

Innovation
Des protège-plants 100 % biodégradables

Sodisac, basée à Thoré-la-Rochette, propose depuis sept ans des protège-plants biodégradables. En plein développement, l’entreprise veille à continuellement améliorer son produit.

Des protège-plants en kraft, 100 % biodégradables, c’est ce que propose l’entreprise ­Sodisac à Thoré-la-Rochette. À l’origine, celle-ci est spécialisée dans la fabrication de pochettes et enveloppes en papier kraft. « Avec l’envoi des mails, des PDF, les demandes d’enveloppes ont diminué. Nous avons cherché à nous diversifier », explique Nicolas Bedu, directeur de Sodisac. En 2012, l’entrepreneur crée les Bisodisacs et se lance sur le marché du protège-plant.

Bénéfiques pour l'environnement

Nicolas Bedu vend environ 3 millions de Bisodisacs par an. « Aujourd’hui, ils représentent 20 % de notre chiffre d’affaires. Nos principaux clients sont les entreprises viticoles. » Cependant, l’entreprise peine à concurrencer les manchons en plastique. « Nous ne représentons que 10 % du marché. »

Pourtant, les protège-plants ­Bisodisac présentent de nombreux avantages environnementaux. « Les produits en plastique sont des déchets agricoles. Il y a des taxes à payer dessus. Certains vendeurs les récupèrent pour les traiter, mais d’autres les laissent sur les bras des agriculteurs qui ne savent pas toujours quoi en faire. Souvent, ils sont brûlés ce qui dégagent beaucoup de carbone. » Au contraire, les ­protège-plants de Sodisac se dégradent très rapidement : « Deux mois dans la terre et il n’y a plus rien. Avec nos Bisodisacs, nous économisons 213 tonnes de plastique par an », se réjouit le directeur.

Les manchons sont également adaptés à l’agriculture biologique. Ils sont fabriqués à partir de papier français, labellisé PEFC* et ­Ecocert. « C'était une vraie volonté de notre part de pouvoir proposer un produit utilisable en agriculture biologique. »

Amélioration du produit

Récemment, l'entreprise Sodisac a amélioré son produit. « Jusque-là on superposait deux feuilles de kraft de 155 grammes, mais on avait des problèmes de décollement, explique Nicolas Bedu. Maintenant on fait tout d'un seul tenant avec un papier de 356 grammes. Nous faisons aussi un double collage plus large colle chaude/colle froide avec perforation pour que cela pénètre bien dans le papier. »

L'objectif de ces modifications est d'améliorer la durée de vie et la qualité du produit. En moyenne, les manchons résistent pendant deux ans et demi et sont résistants au travail mécanique du sol. « Le papier s'humidifie quand il pleut, mais dès qu'il arrête de pleuvoir, il sèche avec l'air et retrouve toute sa rigidité. Il faut simplement éviter de travailler le sol quand il fait très humide. »

Les protège-plants Bisodisac sont un peu plus chers à l'achat que leurs homologues en plastique. Cependant, Nicolas Bedu l'affirme : « Les viticulteurs y trouvent leur compte. Les manchons en plastique, il faut les ramasser, il faut parfois embaucher du monde pour faire cela. Les Bisodisacs peuvent rester en place, pas besoin de les enlever, donc on économise des frais de main-d'œuvre. Et dans tous les cas cela reste moins cher qu'une gorgée de vin », plaisante-t-il.

Export

Sodisac ne se limite pas aux frontières du marché français pour commercialiser ses manchons biodégradables. 47 % de sa production part à l'exportation. « Pour le moment, nous travaillons avec l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, l'Autriche, le Chili, le Mexique. » Et l'entrepreneur ne souhaite pas s'arrêter là : il veut désormais conquérir le marché des États-Unis et de la Belgique. « Avec le réchauffement climatique on commence à voir des vignes se développer plus au nord de l'Europe », explique-t-il.


*Programme de reconnaissance des certifications forestières.

+ d'infos :

Retrouvez les différentes tailles de protège-plants et plus d'informations sur le site www.­protection-vignes.com.

 

Les plus lus

Récolte 2021 : premier bilan
Alors que la récolte s’achève, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves en Centre-Val de Loire,…
Le 15 octobre, à Serazereux. Clara Servain et Simon De Vos se sont lancés dans l'élevage et proposent leurs produits laitiers à l'orée de Chartres.
Du lait produit tout près de Chartres par un jeune couple
Installés à Serazereux, Clara Servain et Simon De Vos proposent des produits laitiers issus du lait de leurs vaches de race kiwi.
Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes
Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent…
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Filière betteravière : enjeux et perspectives
La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la…
Jeudi 28 octobre, à Monthou-sur-Cher. Les viticulteurs sont venus nombreux pour assister à la journée de démonstration.
Désherbage mécanique : démonstration de matériel
Jeudi 28 octobre, la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et la Fédération régionale des Cuma de Centre-Val de Loire ont…
Début novembre 2021, récolte du maïs dans le secteur de La Chapelle-sur-Aveyron, dans le Loiret.
Maïs et fourrages : les tensions s’apaisent
Après trois années particulièrement compliquées, la tension sur les fourrages s’apaise et les silos se remplissent. Les…
Publicité