Aller au contenu principal

Betteraves
Désherb'avenir présente des solutions pour réduire les IFT

L’événement Désherb’avenir s’est tenu les 16 et 17 mai à Santeau (Loiret) pour présenter les innovations techniques en matière de désherbage.

Organisé tous les deux ans par l’Institut technique de la betterave (ITB) dans une région betteravière différente, la huitième édition de l'événement Désherb’avenir s’est déroulée les mardi 16 et mercredi 17 mai au hameau de la Brosse à Santeau. L’occasion pour les agriculteurs de la région de découvrir les innovations des constructeurs tout en échangeant avec les acteurs de la filière betteravière.

Cet événement gratuit veut mettre en avant les techniques permettant de désherber en betterave tout en réduisant l’Indice de fréquence de traitement (IFT). « L'objectif de cet événement est de faire connaître aux agriculteurs les moyens de réduction de leur IFT en associant des désherbages mécaniques au désherbage chimique », explique Ghislain Malatesta, directeur du département expérimentation et expertise régionale à l'ITB.

Quatre ateliers thématiques

Durant ces deux journées de démonstration, les agriculteurs pouvaient retrouver quatre ateliers thématiques. Le premier, spécifiquement dédié à la betterave, regroupait vingt-cinq machines de désherbage mécanique, pouvant s’ajouter aux tracteurs. Le deuxième, l’atelier robotique « tourné vers l'avenir », présentait trois robots autonomes équipés de capteurs et de caméras afin de semer et de désherber localement les rangs et les inter-rangs de betteraves. Le troisième, animé par des conseillers d’Arvalis et de Terres Inovia, présentait la polyvalence d’une bineuse. « Cet outil peut aussi désherber mécaniquement du colza, du tournesol, du maïs, des céréales et du miscanthus », précise Ghislain Malatesta. Enfin, le quatrième atelier, animé par l’Association de coordination technique agricole, se concentrait sur la malherbologie.

Le désherbage mécanique possible dans le Loiret ?

Connu pour son type de sol particulièrement argileux, « le Loiret a des terres difficiles à ressuyer, explique le directeur départemental. Cela limite les jours disponibles pour le désherbage mécanique ». D'où l'intérêt d'un tel événement pour les exploitants agricoles venus en nombre. Près de 850 personnes, dont une centaine d’élèves de la région, ont fait le déplacement durant ces deux journées de démonstration. Avec une trentaine de machines présentées, cette édition était la plus grande jamais organisée par l'ITB.


N'oubliez pas de faire défiler les photos ci-dessus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité