Aller au contenu principal

Agroalimentaire
Du pain fabriqué avant tout avec de la farine locale

Certains boulangers ont décidé de travailler uniquement avec de la farine locale. Un soutien de poids pour la Minoterie Bisson, à Pruniers-en-Sologne.

Baguette de pain devant un macaron "Si ce n'est pas local, je n'en veux pas !!".
À Mer, on défend la production locale.
© M.-H.D. - Horizons

À la boulangerie Guittard de Mer, on affiche la couleur. « Ça suffit ! Si ce n'est pas local, je n'en veux pas ! J'utilise la farine du Moulin de Sologne », avertit un autocollant apposé sur la vitrine. Au pain doré, à Vendôme, Thierry Jouanneau utilise aussi cet ingrédient local dans sa boulangerie. Ils sont une quarantaine de boulangers en Loir-et-Cher à se fournir à la minoterie Bisson, installée à Pruniers-en-Sologne, qui produit différents types de farine sous la marque Moulin de Sologne. Loin de surfer sur la tendance du moment, Thierry Jouanneau n'imaginerait pas faire autrement. « Quand j'étais salarié, j'ai toujours travaillé avec de la farine locale. Je suis installé depuis 14 ans à mon compte, et ça fait 13 ans que je prends la farine de la minoterie Bisson. Je préfère travailler avec des humains qu'avec des grands moulins. Avec Bisson, je vois le patron, je peux discuter. Et puis, la proximité, c'est important, on fait travailler des agriculteurs de la région », explique le gérant de la boutique vendômoise.

Un prix avantageux

Quant aux clients, l'initiative plaît. « Ils aiment savoir d'où vient le produit », renchérit le boulanger, qui propose des produits réalisés à 100 % avec la farine de la minoterie. Et ce dernier balaie vite une idée reçue : « Il faut savoir aussi que les petits moulins sont moins chers que les gros moulins, sans être obligé de négocier ! ». 

Une adhésion qui fait tourner les affaires et la meule du moulin de Stéphane Bisson, tous les jours. Il produit 40 000 quintaux de farine chaque année, qu'il vend aux boulangeries artisanales. Attaché à faire vivre les acteurs locaux, le meunier, issu de la troisième génération car la minoterie date de 1939, privilégie « la filière courte. La production de blé provient d'agriculteurs locaux, situés à 30 km du moulin et, pour une petite part, de coopératives ». Attentif au suivi et à la qualité, les agriculteurs le livrent directement en variétés de blé présentant les bonnes composantes pour la panification. « Je prélève toujours un échantillon, je teste et je fais des mélanges pour que ça corresponde à une bonne farine », explique-t-il. Quant à la vente, Stéphane Bisson applique là encore la proximité : « Si on fait le choix du local, je ne vais pas la faire voyager très loin ! Elle est vendue à 90 km autour du moulin ». Les particuliers peuvent aussi se fournir en farine directement au moulin, ou dans quelques boutiques. « Avec le confinement, de nombreuses personnes viennent s'en procurer, quel que soit le type de farine », fait remarquer le gérant. Le moulin n'a pas fini de tourner.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Vandalisme : 2 hectares de maïs broyés
Raphaël et Frédéric Bouché, exploitants à Ballancourt-sur-Essonne, ont été victimes d'un acte d'incivilité dans la nuit du…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité