Aller au contenu principal

Viticulture
Du renouvellement pour affronter les défis de demain au sein de l'ODG de Cheverny

Les enjeux à venir sont nombreux pour l’Organisme de défense et de gestion (ODG) des appellations Cheverny/Cour-Cheverny. Son nouveau président, Jérôme Marcadet, revient sur les défis à relever.

Depuis quelques mois seulement, Jérôme Marcadet, vigneron à Feings (voir sa présentation ci-dessous), a pris la présidence de l'Organisme de défense et de gestion (ODG) des appellations Cheverny et Cour-Cheverny à la suite de son prédécesseur Michel Gendrier. « Je vais continuer le travail qui a déjà été effectué », précise le nouveau président. Du travail, ce n’est pas ce qui manque au sein de l’ODG. Entre interdiction du désherbage chimique, évolution de l’aire d’appellation, changement de nom pour l’appellation Cour-Cheverny ou encore innovation au sein du syndicat, les objectifs et projets foisonnent.

50 % d’interdiction de désherbage chimique

Lors de la dernière assemblée générale de l’ODG, l’interdiction du désherbage chimique de la parcelle sur un minimum de 25 % de l’inter-rang avait été votée et adoptée. Toutefois, des débats avaient eu lieu et certains étaient favorables à l'idée d’aller plus loin sur cette question. Ainsi, lors du dernier conseil d’administration, il a été décidé d'interdire le désherbage chimique à hauteur de 50 % d’ici 2026. « Nous ne pouvons pas aller trop vite, il faut laisser le temps à certains d’y arriver », précise Jérôme Marcadet. Même si la volonté commune est d’aller le plus vite possible vers un arrêt du désherbage à 100 % en Cour-­Cheverny, certains facteurs comme la main-d’œuvre restent limitants.

Évolution de l’aire Cour-Cheverny d’ici à 2024

Concernant l’évolution de l’aire géographique de l’appellation Cour-Cheverny, alors même que le dossier donnait l'impression d'être bloqué, il semble bien être relancé. Jérôme Marcadet l’assure : « On espère que d'ici la récolte 2024, la nouvelle aire permettra de couvrir l’ensemble des producteurs de l’AOC Cheverny et jusqu’à Chambord. Nous travaillons avec l’Inao* pour aboutir le plus rapidement possible ».

Au-delà de l’extension de l’aire d’appellation, le changement du nom de Cour-Cheverny en Chambord est toujours un projet en cours. « Nous sommes en discussion avec le Domaine national de Chambord sur ce sujet. Nous espérons que cela aboutira. Il peut exister parfois une confusion autour du nom de l'appellation. Nous pensons que le nom Chambord serait extrêmement pertinent par rapport à l’histoire même du cépage romorantin », explique Jérôme Marcadet.

Le syndicat se tourne vers l’innovation

L’ODG Cheverny/Cour-Cheverny est toujours en quête de dynamisme et d’innovation. Ainsi, une charte entre le syndicat et la Wine Tech a été signée afin de travailler ensemble pour mettre en avant les innovations dans le monde viticole. Après la présentation de plusieurs entreprises innovantes lors de l’assemblée générale, une vingtaine de domaines se sont dit intéressés par cette idée de partenariat. « Nous sommes actuellement en recherche de financement. Nous avons des domaines qui souhaitent s’engager sur plusieurs projets innovants. C’est positif pour la suite », précise le président.

Avec une équipe fortement renouvelée au sein du conseil d’administration, dont principalement des jeunes installés, le syndicat espère continuer le développement en cours pendant encore de très nombreuses années.


*Institut national de l'origine et de la qualité.

 

Jérôme Marcadet, nouveau président de l'ODG Cheverny/Cour-Cheverny

Jérôme Marcadet, vigneron à Feings, a pris les fonctions de président de l’Organisme de défense et de gestion (ODG) des ­appellations Cheverny/Cour-­Cheverny depuis décembre dernier.

Jérôme Marcadet, vigneron à Feings, est le président de l'ODG de Cheverny/Cour-Cheverny depuis décembre dernier. Il a succédé à Michel Gendrier.

Installé depuis 1995 après la reprise de l’exploitation familiale, le nouveau président de l'ODG est à la tête de 14 hectares de vigne. Il commercialise essentiellement ses vins en vente directe. « Aujourd’hui, lors des salons, les vins de Cheverny sont connus. Ce n’était pas le cas il y a une vingtaine d’années. Cette notoriété, c’est grâce au travail réalisé sur la communication et grâce aux appellations Cheverny et Cour-Cheverny », admet-il.

Toujours en développement

Sur l’ensemble de ses parcelles de vigne, Jérôme Marcadet possède 10 % en appellation Cour-Cheverny avec 1,5 hectare de cépage romorantin. Depuis 2018, ses ventes sont réalisées exclusivement en bouteille. Pour l’instant, sa commercialisation se fait principalement en région Centre-Val de Loire. Concernant l’export, le vigneron souhaite se développer davantage : « On travaille sur ce sujet mais il faut aussi savoir prendre son temps ».

Malgré 40 % de pertes en 2021 et en 2022 à cause du gel et de la grêle, le vigneron aimerait « avoir au moins une voire plusieurs années sans aléas climatiques afin que la filière viticole puisse souffler un peu ».

Renouvellement des générations

Même si la fonction de président est nouvelle pour lui, le travail au sein du syndicat ne l’est pas. Membre du conseil d’administration depuis de nombreuses années et ancien vice-président, Jérôme Marcadet connaît les dossiers en cours : « Je ne vais pas tout chambouler. Le syndicat va rester sur la même dynamique. Nous avons des sujets en cours que nous allons finaliser, ce sera la continuité ». Ce sera aussi l’occasion pour les plus anciens de transmettre le flambeau aux plus jeunes qui ont intégré le conseil d’administration. « Il va y avoir un passage de témoin entre les anciens et les jeunes qui viennent d’arriver. C’est positif pour le syndicat de voir un aussi grand renouvellement des générations », conclut le vigneron.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Le 11 avril, à Amilly. La co-associée de Jump Chartres 28, Mathilde Nodier, et le co-gérant du site de méthanisation Theuvy Biogaz, Jean-Baptiste Gouin (au c.), ont signé sous l'égide du délégué territorial de GRDF, Jean-Michel Vappereau, un partenariat pour valoriser le fumier équin.
Du fumier de cheval pour le méthaniseur
Le site de méthanisation Theuvy biogaz et le centre équestre Jump Chartres 28 ont signé le 11 avril à Amilly une convention…
La Chapelle-la-Reine, jeudi 25 avril. Augustin Vecten au milieu de l'aspergeraie. En conditions optimales, une asperge peut prendre 7 cm /jour.

Les asperges de la ferme des 4 vents
La récolte des asperges a débuté lentement en raison de la fraîcheur des températures. Rencontre avec Augustin Vecten, producteur…
Véritable figure du syndicalisme francilien, Patrick Dezobry est décédé dans la nuit du 24 au 25 avril à l'aube de ses 69 ans.
Décès de Patrick Dezobry : le vibrant hommage de toute une profession
Très engagé pour la profession depuis de longues années, Patrick Dezobry est décédé dans la nuit du 24 au 25 avril à l'aube…
Damien Greffin, président de la FDSEA Île-de-France, introduit l'assemblée générale.
AG FDSEA Île-de-France : salle comble et riches échanges
Mardi 30 avril a eu lieu l'assemblée générale de la FDSEA Île-de-France à Louveciennes (Yvelines).Durant la matinée, les…
La matinée s'est poursuivie par la visite guidée du site, ici par Christophe Hillairet, l'un des six associés, président de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France.
Le méthaniseur de Sonchamp inauguré dans les Yvelines
Vendredi 19 avril a eu lieu l'inauguration du méthaniseur de Sonchamp sur la ferme de Luc Janottin, à Renonvilliers (…
Éric Delorme est l'actuel président de la Cuma des Vieilles charrues.
Les Vieilles charrues, une nouvelle Cuma dans le Loiret
Depuis le début de l’année, deux nouvelles Cuma se sont formées dans le Loiret, dont celle présidée par Éric Delorme et baptisée…
Publicité