Aller au contenu principal

Élevage en danger : la FNSEA 45 tire la sonnette d'alarme

Alors que le Sommet de l’élevage touche à sa fin à Clermont-Ferrand, la FNSEA réaffirme son soutien plein et entier aux filières animales.

© Archives Horizons / illustration

Depuis plusieurs années, les productions animales, toutes filières confondues, ont subi de nombreuses crises successives : Covid-19, guerre en Ukraine, événements climatiques catastrophiques, auxquelles s’ajoutent aujourd'hui le refus de certains acteurs de la distribution d’appliquer la loi Egalim 2. Les charges ne cessent d’augmenter, impactant le volume des produits agricoles et l’accès aux fourrages à court terme. Face à cette situation intenable, la FNSEA déplore la décapitalisation du cheptel et appelle à l’urgence pour sauver l’avenir des éleveurs français.

La FNSEA en action

Ainsi, depuis plusieurs mois, la FNSEA et l’ensemble des associations spécialisées, végétales et animales, travaillent conjointement pour parer à cette urgence. Une première victoire a été obtenue sur la réforme de l’assurance risques climatiques, qui sera opérationnelle au 1er janvier 2023. D’autres travaux sont en cours pour faire face aux aléas climatiques et solutionner le stockage de l’eau. Si nous voulons conserver la compétitivité de l’agriculture française et fournir une alimentation de qualité à nos concitoyens, l’élevage doit être défendu et soutenu. De plus, nous rappelons qu’il a un rôle majeur dans la lutte contre le changement climatique, pour la séquestration du carbone et le maintien de la biodiversité.

Soulager les trésoreries

La FNSEA a déjà tiré la sonnette d’alarme au Space et demande un appui rapide de l’État pour les trésoreries des éleveurs, avec notamment l’application en urgence des calamités agricoles pour 2022, ainsi que l’application pleine et entière des lois Egalim 1 et 2. La souveraineté alimentaire et la transition écologique ne se feront pas au détriment des productions animales.

Un travail sur l'avenir de la filière laitière dans le Loiret

La FNSEA 45 et son réseau de partenaires, à travers notamment le programme Osons l'élevage lancé par la chambre d'Agriculture du Loiret, œuvrent activement ensemble pour un élevage loirétain dynamique et attractif pour le renouvellement des générations en agriculture sur la filière laitière notamment. Rappelons que dans le Loiret, un tiers des éleveurs laitiers sont à renouveler dans les quinze ans, et en dix ans, plus de 35 % des exploitations laitières ont été arrêtées. L'urgence est là, il faut agir vite. La FNSEA 45 rencontrera ainsi les conseillers du ministre de l'Agriculture vendredi 7 octobre pour tirer la sonnette d'alarme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité