Aller au contenu principal

Etiquetage : Bruxelles réticente à aller plus loin sur l’indication d’origine

Pour la Commission européenne, l’étiquetage obligatoire de l’origine du lait, des viandes mineures (lapin, cheval, gibier) et des produits non-transformés et transformés contenant un ingrédient principal (céréales, fruits et légumes) n’est pas nécessaire.

Les règles d'étiquetage volontaires semblent constituer la solution la plus adaptée, estime Bruxelles suite à la publication, le 20 mai, de rapports sur ces questions. Pour les produits laitiers et les produits non-transformés et transformés contenant un ingrédient principal, les conclusions sont sans appel : les surcoûts seraient trop élevés dans certains cas (notamment les produits à haut degré de transformation pour lesquels l’origine des matières premières est multiple). Pour les viandes, la Commission est plus neutre, elle souligne seulement des coûts opérationnels supplémentaires qui devront être supportés par les opérateurs.

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
Un excellent bilan pour FarmViz après un an d'activité
La société FarmViz est spécialisée dans la gestion de la ventilation du stockage des grains. Un an après le début de ses…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Publicité