Aller au contenu principal

Betterave
Filière betteravière : enjeux et perspectives

La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la filière betteravière à l’invitation de la CGB Île-de-France.

Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
© L.G-D. - Horizons

Les enjeux de la filière betteravière. Tel était l’objet de la rencontre mercredi 27 octobre dans les locaux de la Sica* gâtinaise de déshydratation à Château-Landon (Seine-et-Marne) entre les représentants de la CGB Île-de-France, présidée par Jean-Philippe Garnot, et la vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute.

Maintenir des outils et des surfaces est essentiel alors que 50 % des exploitations agricoles franciliennes ont une sole en betteraves. Un travail de fond est à mener en lien avec les autres cultures « afin que la betterave redevienne le pilier des exploitations », selon l’un des planteurs présents.

En 2021, l’année s’annonce moyenne (80 à 85 tonnes/hectare). Après le traumatisme de l’année 2020 avec la jaunisse, le gel de début avril a détruit 10 000 hectares, essentiellement dans le sud de la région. Les surfaces ressemées ont pris un mois de retard de végétation avec un risque de jaunisse. Si les racines ont pu bénéficier d’un climat estival relativement arrosé favorable à leur croissance, la teneur en sucre était décevante sur le premier mois d’arrachage.

Dans un premier temps, le président de la Sica, Benoit Timbert, a présenté l’activité de cette structure, puis Jean-Philippe Garnot a dressé un tableau complet de la filière.

Outre la sucrerie, des acteurs comme la Sica de déshydratation doivent faire face aux mises aux normes, à la sécurité industrielle et à la réglementation bas-carbone alors que l’évolution du coût du carbone est une grande inconnue.

Pour sécuriser les surfaces betteravières et donc les outils de transformation, prix de betteraves, marchés à terme, moyens de production, protection des cultures, débouchés et co-­produits, betteraves bio, innovations techniques… sont autant d’enjeux et de sujets pour la filière. Au-delà de sa participation au plan national de recherche et d’innovation qui vise à trouver une solution alternative aux néonicotinoïdes, la CGB (Confédération générale des planteurs de betteraves) œuvre également pour la reconduction annuelle et l’adaptation de la dérogation.

La CGB étudie par ailleurs depuis 2018 les principes de mise en œuvre d’un ISR (Instrument de stabilisation des revenus) betterave-sucre. L’ISR est un instrument de gestion des risques, qui pourrait être développé dans le cadre de la Pac 2023. C’est un outil innovant mais des défis techniques restent à relever pour le mettre en place. Une expérimentation soutenue par la Région est actuellement menée dans trois régions (Grand-Est, Hauts-de-France et Île-de-France) pour étudier sa faisabilité et définir ses indicateurs opérationnels dans la perspective d’une mise en œuvre en 2023.

Alors que le versement de l’aide betterave de la Région pour la jaunisse devrait intervenir avant la fin d’année, Valérie Lacroute, qui s’était rendue auparavant à la sucrerie Ouvré à Souppes-sur-Loing, a conclu cet après-midi d’échanges en rappelant le soutien de la Région à son agriculture.

*Société d'intérêt collectif agricole.


Sica gâtinaise de déshydratation

La Sica* gâtinaise de déshydratation traite quotidiennement, durant la campagne betteravière, 30 à 35 camions de pulpes en provenance de la sucrerie Ouvré. La pulpe surpressée arrive chaude avec un taux d’humidité de 29-30 %. Elle est déshydratée et ressort sous forme de pellets, produit fini ne contenant plus que 12 % d’humidité.

Chaque année, 20 000 à 25 000 tonnes de pellets sont commercialisées pour l’alimentation du bétail.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Comice : rendez-vous à Morée les 21 et 22 mai
Cette année, le comice agricole aura lieu les 21 et 22 mai dans le Vendômois, à Morée.
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
À Ablis (Yvelines), le 26 avril. Claire Perrot-Léquippé s'est lancée dans la production d'asperges en 2019.
À Ablis, la famille Perrot-Léquippé redonne vie aux asperges de Simon
Agriculteurs depuis des générations à Ablis (Yvelines), la famille Perrot-Léquippé s'est lancée dans la production d'asperges…
Publicité